Couv hors-série N°2

Saint Martin ou la fête en partage

Couv hors-se╠ürie N┬░2Serge Babary, maire de Tours, et Christophe Bouchet, adjoint chargé du rayonnement de la Ville, ont présenté hier, au musée des Beaux-Arts tourangeau, le programme des festivités estivales vouées à saint Martin.

La Ville de Tours a choisi le Musée des Beaux-Arts pour présenter, hier, les festivités liées au jubilée de saint Martin. Un programme riche d’animations et qui, a priori, devrait franchement avoir les allures fraîches d’un dynamisme renouvelé. C’est d’ailleurs cette notion que l’on retiendra des interventions du maire et de Christophe Bouchet, son adjoint chargé du dossier. Serge Babary, tout d’abord. Il souhaite « que les Tourangeaux reconnaissent dans leur majorité l’intérêt de ce projet. » Qui résonne comme le « point de départ d’un renouveau de l’attractivité de Tours. » En précisant « qu’il ne s’agit pas de proposer une fête élitiste, mais populaire. » Comme pour affirmer notre attachement « à nos racines pour nous tourner vers l’avenir avec sérénité. »

L’intervention de Christophe Bouchet s’est, elle, attachée au détail (or, on sait que le diable ou, en l’occurrence, les clés de la réussite se cachent toujours dedans…). Les festivités démarreront le 2 juillet. Mais on a bien senti, au travers de ses propos, une impatience certaine à voir décoller enfin le rayonnement de la Ville dont il est chargé. Christophe Bouchet a insisté sur l’intérêt de la voie culturelle et patrimoniale « pour se réapproprier la ville » en abattant sur la table quelques atouts touristiques qui feraient de Tours, non plus une ville de passage, « mais de destination. »

Mais il y a, pour cela, quelques efforts à consentir. Un parcours balisé saint Martin va ainsi voir le jour. Tant mieux ! Comme verra le jour prochainement un parcours Rabelais autour de la gastronomie. Tant mieux également ! Car c’est aussi la vocation d’une ville comme Tours que d’ouvrir le plus largement possible le compas culturel de la région, Martin et Rabelais (qui est bien plus qu’un gastronome : un artisan plein et entier d’un humanisme affirmé), en composant, pour l’instant, les premières pointes. Rêvons d’inscrire bientôt dans ce cercle, où les oubliés sont trop nombreux, Honoré de Balzac, Anatole France, René Descartes et d’autres d’une manière un peu plus large dans l’agglomération… Après tout, le partage est aussi celui des rêves. Qui, parfois, deviennent réalité.

Mais revenons plus précisément à saint Martin auquel nous avons consacré un hors-série de 100 pages et que vous retrouverez d’ailleurs à nouveau dans les magasins de presse ces tout prochains jours. Christophe Bouchet a quelque peu botté les fesses des Tourangeaux – parlons-en librement puisque nous en sommes – du genre plutôt « paresseux. » « Car nous avons tellement de personnages illustres… », a-t-il continué comme pour stigmatiser une agaçante léthargie. Toujours est-il que saint Martin est l’occasion « de donner du contenu à notre ville autour du tourisme familial. »

Le programme des festivités estivales ? Plusieurs gros volets :

Tours en capes.- Trois réalisations de capes seront exposées. Elles ont été confiées à trois artistes : Olivia Rolde, Léna Nikcevic et Pamela de Rouvray.

La saint Martin d’été.- Début, donc, le 2 juillet. Un village saint Martin, mettant bien sûr en avant le partage, sera installé sur la place Anatole France. Plusieurs manifestations artistiques l’animeront. Toujours sur cette même place, sera présentée la nouvelle statue du saint. Qui sera, pour ce premier week-end de juillet, mise sous une sorte de grande cloche, style bulle à neige. Un bal suivra sur les coups de 22 h 30 avant le lancement de la première soirée de la projection monumentale sur la façade de la cathédrale Saint Gatien. Projection que l’on pourra retrouver tout au long des mois de juillet et d’août, à raison de deux séances par jour, et tous les week-ends du mois de septembre, les horaires restant à préciser puisqu’ils dépendent évidemment de l’arrivée quotidienne de la nuit.

Nous avons évoqué plus haut dans cet article le parcours balisé voué à saint Martin, nous n’y revenons donc pas. Quant aux motards, ils auront eux aussi un rôle dans ce scénario festif puisqu’une balade en Harley-Davidson sera organisée de Tours à Candes-Saint-Martin.

Enfin, sera organisée, à Marmoutier, une déambulation nocturne autour d’un spectacle intitulé L’ombre du manteau (seize dates)

Exposition Martin de Tours.- Le Musée des Beaux-Arts présentera une exposition avec de magnifiques tableaux martiniens. Elle commencera le 8 octobre pour se poursuivre jusqu’à janvier 2017. Exposition au cours de laquelle sera également présentée une reconstitution en 3D de la Basilique Saint Martin.

Voilà pour cet été où Martin tiendra le rôle-titre. Ne boudons pas notre plaisir en attendant l’avenir et l’Eté de la Saint Martin qui, comme chacun sait, a lieu en novembre. Ce programme a de l’allure, savourons-le !

Jean-Claude BONNAUD

On peut acheter notre numéro spécial sur saint Martin et les vignobles à partir de cette fin de première semaine de juin dans les magasins de presse ou le commander auprès de jean-claude.bonnaud@levinligerien.fr (frais de port offerts). Prix : 9,50 €  et 7,50 € pour les abonnés à notre revue Le Vin Ligérien.

Pour plus de détails sur ce programme, se reporter à www.saintmartin-tours.fr