Les vins du Val de Loire progressent à l’export

Parmi les appellations ressortissantes de l’interprofession de l’ouest de la Loire, Interloire, les muscadets, Touraine blancs et Vouvray, notamment, ont connu une croissance notable sur les marchés à l’export.

Sur les douze derniers mois, les vins en Appellations d’Origines Protégées (1) du Val de Loire enregistrent une hausse des exportations de 8% en valeur et de 4% en volume (soit une progression de 18,4 millions d’euros et de 180 000 hectolitres par rapport à l’année précédente). Ces chiffres sont la conséquence d’un printemps très favorable : les mois de mars à juin 2016 ont permis d’accroître de 11% les valeurs et volumes par rapport à la même période en 2015.

On retiendra que les vins ligériens progressent dans toutes les couleurs, selon le communiqué de presse fourni par Interloire, l’interprofession de l’ouest de la Loire. Avec un fort accent sur les vins blancs qui représentent 55% de l’évolution en valeur et 81% de celle concernant les volumes. Les vins rouges et rosés, représentent, eux, un quart de cette évolution et les fines bulles, 20%.

Au niveau des appellations, parmi les plus fortes valorisations, les muscadets font un bon significatif (+3,9 M€), le crémant-de-loire enregistre une courbe à +2,7 M€, le Touraine blanc à +2,4 M€ et le Vouvray (2) à 2,1 M€.

Les plus fortes évolutions en volumes concernent, dans la logique des données de chiffres d’affaires indiquées ci-dessus, les muscadets (+14 700 hectolitres), le Touraine blanc (+4 500 hl) et le Vouvray (+3 400 hl).

Le comportement des vins de Loire sur les différents marchés

Les Etats-Unis constituent le premier marché export en valeur des vins du Val de Loire (+14%), avec une croissance de 10% en volume. Toutes les couleurs ont profité de cette croissance. Le Touraine blanc et le Vouvray, notamment, se sont mis particulièrement en évidence.

Le Royaume Uni est, en revanche, le premier marché export en volume des vins du Val de Loire (+18 000 hl en un an). Le prix moyen départ cave reste identique à celui de l’année précédente (4,60 € hors-taxe). Etant entendu qu’au cours du printemps (mars à juin 2016), les exportations ligériennes se sont accélérées de 36% en valeur et de 41% en volume. Il faut savoir qu’une bouteille de vin du Val de Loire sur trois exportée sur ce marché est un muscadet. Cette reconquête du marché britannique est attestée par ses évolutions spectaculaires (+63% en valeur et +73% en volume en regard de l’année passée).

A noter que l’Allemagne, elle, est le troisième marché export en volume et en valeur des vins de Loire, les exportations de crémant-de-loire vers ce pays s’étant bien remises dans la boucle ave une hausse au printemps de 17% en valeur et 11% en volume).

Notre photo : l’un des vignobles des muscadets, à Saint-Fiacre.

  1. Dénomination européenne des appellations d’origine contrôlée.
  2. A noter que Montlouis, pour les vins blancs, et Bourgueil, pour les rouges, ne font pas partie d’Interloire et ne figurent donc pas dans ces données.

Fabien Murail (Fiefs Vendeens) – Le Vin Ligérien n°18

C’est l’autre Vendée, celle tournée non pas vers l’océan, mais vers son terroir. Oh, bien sûr, l’air y est doux – on est quand même au sud (de la Loire), et les maisons portent des tuiles orange. Mais les grandes plages et les marais sont loin et l’atmosphère est plus champêtre que balnéaire.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Marc Pesnot (Muscadet) – Le Vin Ligérien n°18

On en connaît qui pensent que ses vins rendent « plus intelligents ». D’autres qui sont allés goûter, histoire de, mais « bon, tu sais, moi, le muscadet… » Et qui en sont revenus le sourire béat et les yeux brillants. »[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Christelle et Jean-Hubert Lebreton (Anjou) – Le Vin Ligérien n°18

Et les gelées, vous pensez qu’elles auront des conséquences sur la production de cette année ? », interroge une retraitée. « Les sols, vous les entretenez
comment ? », poursuit un président d’association. Un jeune homme, un peu plus loin : « Quelle est votre manière de respecter les terroirs ? » Scènes de la vie quotidienne, ou presque, sur le domaine des Rochelles. En cette matinée baignée de soleil, plusieurs dizaines d’amateurs éclairés sont venus visiter le domaine du Maine-et-Loire pour y parfaire leurs connaissances et rencontrer l’un des plus ardents défenseurs des vignes des environs de Brissac.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Edouard Pisany-Ferry (Saumur Champigny) – Le Vin Ligérien n°18

En cette matinée où le soleil semble devoir inscrire avec franchise une frontière tranchée avec les frimas printaniers qui ont maltraité le moral des professionnels du Val de Loire, il a grimpé, à pied, le petit chemin qui mène vers les hauteurs de ses caves. Depuis le lieu du rendez-vous fixé avec son oenologue pour évoquer
les cuvées futures, Edouard Pisani-Ferry peut contempler l’horizon, dégagé, qui offre à son regard un panorama unique sur Parnay. »[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Patrice Nau (Bourgueil) – Le Vin Ligérien n°18

L’anecdote rapporte qu’un jour un couple de cigognes est venu s’égarer là-haut, sur une parcelle. Ni une ni deux, il fallait trouver une identité à la dernière cuvée à venir : ce sera Les cigognes. Il faut bien, aussi, savoir communiquer avec des images, ce alors que Patrice Nau n’avoue guère d’aptitudes personnelles à une
excessive communication. Modestie sans doute, tant le sourire et le talent constituent, il est vrai, les passeports naturels d’une communication fluide, sans fard ni chichi.
« Lorsqu’il s’agit de parler de mes vins, je suis souvent embarrassé », sourit le vigneron d’Ingrandes-de-Touraine. « Alors je laisse d’autres autour de moi s’en charger, ils le font
mieux que moi. » Il faut pourtant bien s’y faire, le quinquagénaire (57 ans) est aujourd’hui en première ligne dans la gestion de son domaine, une bonne réputation du pays de
Bourgueil, avec une clientèle qui marque sa fidélité depuis de longues décennies, en raison d’un rapport qualité-prix exceptionnel. »[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Domaine Flamand-Deletang (Montlouis) – Le Vin Ligérien n°18

L’histoire de leur aventure démarre par l’un de ces coups de pied du destin, appelons un chat un chat. Un coup de froid, pour être très précis, celui qui a, au début de ce printemps, caressé de fourbe façon les contours des vignes du Val de Loire. Foi contre froid, Anthony et Coralie Tassin sont animés d’une commune motivation à l’heure de déplacer les montagnes, y compris celles des affres des conséquences de la météo capricieuse. Ce couple de jeunes Nantais d’origine démarre son activité avec un coup glacial sur la vigne et sur ses prévisions initiales qui pourraient le priver d’une partie de la production à venir. Et ce, pile-poil quelques semaines seulement après leur arrivée dans le vignoble de Montlouis-sur-Loire.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Catherine Medard et Cyril Robert (Vouvray) – Le Vin Ligérien n°18

L’un joue plutôt sur le registre de la sagesse, l’autre plutôt sur celui de l’élan permanent. Toujours est-il que Cyril et Catherine, qui fonctionnent maintenant en binôme à la tête du domaine Alain Robert, à Chançay, forgent leur avenir professionnel ensemble et dans une écoute mutuelle. Car si Cyril est aux affaires depuis l’amorce du troisième millénaire, il a su faire une place à Catherine depuis deux ans. Chacun dans sa partie, comme on dit. Etant entendu qu’Alain, le père, qui a véritablement fait le choix d’oublier la polyculture qui collait souvent au siècle passé, pour ouvrir la voie à la seule viticulture, continue de jeter un oeil aux vignes dont il éprouve quelques difficultés à décrocher complètement, comme le disent avec le sourire ses enfants. Qui lui reconnaissent, néanmoins, et avec affection, cette incontestable vista d’avoir su croire au chenin à une époque où cela ne procédait pas de l’évidence. Ils lui tirent également un sacré coup de chapeau pour son travail avec cette idée presqu’obsessionnelle d’avoir creusé, à force d’huile de coude, de belles galeries dans le coteau pour se constituer une cave digne des troglodytes de Touraine.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Rémi Cosson (Noble-Joué) – Le Vin Ligérien n°18

Pour travailler la vigne et s’accommoder de ses aléas divers et variés, il convient d’abord d’être doté d’une sacrée aptitude à la philosophie. En cette fin de printemps frigorifiée, Rémi Cosson ne dira pas le contraire, lui qui a traversé la nuit précédente de notre visite au rythme des variations des températures. Le froid surprise de la fin d’avril a fait des siennes et a eu pour conséquence de plonger le mercure vers le bas, le très bas. Le vigneron d’Esvres-sur-Indre fait la moue en citant le – 4 °C des heures précédentes. »[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Olivier Champion (Jasnieres – Coteaux du loir) – Le Vin Ligérien n°18

La seule chose dont on soit sûr et certain quand on choisit d’orienter son activité professionnelle dans la vigne est qu’il faut absolument avoir le goût du travail. Sinon, c’est mal parti… » A voir l’intéressé multiplier les tâches dans toutes les directions, nous voilà au moins rassurés sur ce point : le goût du travail est inscrit dans les gênes de la maison, calfeutrée dans un recoin du village de Poncé-sur-le- Loir, en contrebas d’une voie ferrée qui n’accueille plus guère de trains sur ses rails, et à portée d’un ruisseau qui se charge de donner de la poésie au décor.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon