Le Salon d’Angers dessine le futur des vins de Loire

A l’heure où la transformation digitale révolutionne tous les secteurs d’activités, le 31e Salon des Vins de Loire (5-7 février), au parc des expositions d’Angers, accordera une place significative au vin 2.0 à travers la WineTech et la Vigne Numérique. Entre dégustations du millésime, accords mets et vins et master class sur les appellations et les cépages ligériens, l’édition 2017 préfigurera sans doute ce que sera le vin dans le futur.

Le salon innovera, en créant un espace dédié aux start-up du vin. Dix-sept jeunes entreprises de la French Tech viendront ainsi présenter leurs innovations. Du carnet de dégustation digital au distributeur de vin au verre connecté, de la smart-cave pour amateur aux nouvelles solutions de logistique urbaine pour les professionnels, de la plate-forme de marché à la plateforme de crowdfunding… Bref, toute la nouvelle palette sera examinée lors du prochain salon d’Angers. Chaque start-up aura dix minutes pour convaincre (le 5 février, sur le Forum).

Sur le Forum également, les conférences prospectives se concentreront sur les grandes thématiques suivantes : consommation/ marchés, points de vente et vin 2.0. De la dégustation augmentée aux bots Facebook dans la relation commerciale entre le producteur et son client, des pratiques numériques chez les professionnels du vin au e-commerce, du retour de la consigne chez les cavistes à la place des nouvelles technologies dans le monde du vin…

Le programme dresse ainsi un état des lieux des pratiques professionnelles, des nouveaux modes de consommation et dessine ce que sera demain le vin.

Solidement ancrées dans le présent et les terroirs du troisième vignoble français, Master Class Dégustations rythmeront les trois journées du salon. Au programme : le millésime 2016, les Fines bulles de Loire, les Rosés d’Anjou, les appellations Reuilly, Pouilly Fumé…

La Fédération Viticole Anjou-Saumur proposera des rendez-vous autour du chenin : une master class sur « Savennières et ses trois terroirs » ; une conférence consacrée au modèle économique du chenin en Anjou ; une dégustation dédiée de quinze appellations et soixante-dix échantillons ; des sorties dans le vignoble, à Savennières, à Saumur, dans la Vallée du Layon, et en Aubance-Brissac ; soirée Chenin.

A noter qu’en complément, l’espace de libre dégustation, accessible pendant toute la durée du Salon, permettra à chacun d’avoir un aperçu des vins présentés par les exposants sur leurs stands, avant de démarrer la visite.

Enfin, côté chiffres, le Salon des Vins de Loire réunira 230 exposants, auxquels s’ajouteront 150 exposants en vins bio du Val de Loire, pour la Levée de la Loire, et soixante-dix exposants internationaux en biodynamie certifiée, au salon Demeter. Au total, plus de 450 vignerons et négociants seront donc ainsi réunis, pendant les trois journées, au Parc des Expositions d’Angers constituant « la place de marché de tout un vignoble, au cœur du vignoble ».

L’événement Food’Angers – Vins de Loire & gastronomie proposera, quant à lui, des animations au grand public, tout au long de la semaine.

 

Muscadet : Champtoceaux, un 10e cru communal sur les coteaux de la Loire

La famille des crus communaux du Muscadet ne cesse de s’agrandir ! Champtoceaux, le « petit dernier » concerne pour l’instant 12 domaines des coteaux de la Loire, à l’Est du Nantais.

La Loire vue depuis les hauteurs de Champtoceaux

La Loire vue depuis les hauteurs de Champtoceaux

Le cru communal Champtoceaux a la particularité de s’étaler sur deux départements, le 44 pour la rive « Nord » de la Loire et le 49 pour la rive « Sud ». « Mais la Loire n’est pas une frontière », a martelé Carmen Suteau, vigneronne (domaine du Champ Chapron, Barbechat). « Il y a un seul et unique terroir », avec, hasards de la géologie, un fleuve au milieu.

Et désormais, il y a aussi le cru communal Champtoceaux, qui réunit pour l’instant 12 domaines, sur les 50 qui revendiquentpar ailleurs le Muscadet coteaux de la Loire . Ca représente aujourd’hui 16 hectares de vignes, autant dire une goutte d’eau dans l’océan du Muscadet.

Cru communal Champtoceaux : équilibre, finesse, élégance

Mais ça tombe bien, car le cru communal Champtoceaux, c’est « l’excellence », ont souligné les vignerons, preuve gustative à l’appui. Les Muscadet en cru communal Champtoceaux présentent « un bel équilibre, de la finesse, de l’élégance », a expliqué Romain Mayet, conseiller technique de la fédération des Vins de Nantes.

Le cru ne concerne que les parcelles en coteaux dominant la Loire ou orientés vers le fleuve, et les vignes de plus de 5 ans. Le cahier des charges, encore en cours d’élaboration, table déjà sur 17 mois d’élevage minimum, des rendements limités à 45hl/ha, entre autres critères de sélection.

Et « l’aventure humaine » que constitue cette démarche, imaginée dès 2001, ne s’arrête pas là : le groupe en quête d’excellence se lance par exemple dans une formation au travail des sols et de la vigne, vers plus de « vert », au printemps 2017.

En toute logique, les prix seront plus élevés que le Muscadet plus courant, tout en restant abordable (selon les domaines, dans une fourchette de 8 à 15€ environ, prix public départ cave).

Le cru Champtoceaux monte donc dans le troisième « wagon » des crus communaux, avec La Haye Fouassière et Vallet ; leur validation par l’INAO devrait prendre plusieurs années. L’équipe de Champtoceaux suit celles de Clisson, Gorges et le Pallet, crus validés en 2011, mais aussi Château-Thébaud, Monnières-Saint-Fiacre, Goulaine et Mouzillon-Tillières, pour lesquels l’officialisation est attendue en 2017.

Les vignerons, Champtoceaux cru communal du Muscadet coteaux de la Loire

Les vignerons du cru Champtoceaux cru communal du Muscadet coteaux de la Loire

Les 12 domaines

Domaine du Roty, Saint-Herblon (44)

Domaine Landron-Chartier, Ligné (44)

Domaine Merceron-Martin, La Varenne (49)

Domaine du Haut Fresne, Drain (49)

Domaine du Champ Chapron, Barbechat (44)

Domaine des Galloires, Drain (49)

Vignoble Marchais, Thouaré-sur-Loire (44)

Domaine des Génaudières, le Cellier (44)

Les Vignes de l’Alma, Saint-Florent-le-Vieil (49

Domaine Guindon, Siant-Géréon (44)

Domaine de Port-Jean Carquefous (44)

Vignerons des Terroirs de la Noelle, Ancenis (44)


Michel Gendrier nouveau président de Cheverny et Cour-Cheverny

Michel Gendrier est le nouveau président du syndicat des AOC Cheverny et Cour-Cheverny. Il vient d’être élu président de ces appellations pour un mandat de trois ans (jusqu’en 2019 donc). Il succède à Michel Tévenot qui avait tenu la barre durant neuf années.

Les vignerons de Cheverny Cour-Cheverny se sont beaucoup investis récemment dans des projets structurants avec de belles réussites : la Maison des vins de Cheverny et la fête des vendanges, notamment. «  Je tiens à remercier les derniers présidents, Daniel Tévenot et François Cazin pour le travail accompli », a dailleurs expliqué Michel Gendrier. « Les vins de Cheverny et de Cour-Cheverny sont maintenant reconnus comme des valeurs sûres du Val de Loire et le vignoble a connu une forte croissance. Malgré les difficultés des derniers millésimes, notre terroir attire toujours des jeunes. »

Les priorités de la nouvelle présidence resteront orientées vers la qualité et la promotion des deux appellations. « Avec l’arrivée de jeunes vignerons dans le conseil d’administration et également dans le bureau, nous serons encore plus motivés », a poursuivi le nouveau président. « C’est en travaillant sur la qualité et sur notre notoriété que nous conforterons notre avenir. »

Michel Gendrier exploite avec sa femme, Jocelyne, et son fils, Alexandre, le domaine des Huards. Des parcelles exploitées en biodynamie. L’histoire de la famille Gendrier dans ce coin du Loir-et-Cher remonte à 1846. S’il était de quatre hectares de vignes au début des années 50 sur la base du cépage romorantin à Cour-Cheverny, le site s’étend donc aujourd’hui sur trente-sept hectares de vignes sur les deux appellations, dont huit hectares de ce cépage romorantin (AOC Cour-Cheverny).

Le nouveau bureau :

Michel Gendrier : président

Jérôme Marcadet : vice-président

Secrétaire (et adjoint) : François Cazin et Damien Cadoux

Trésorier (et adjoint) : Guy Genty et Bénédicte Chesneau

Membre : Michel Tévenot

Jean-Marc Tard (Fiefs Vendeens) – Le Vin Ligérien n°19

Les vins S.A.I.N.S., qu’est-ce donc ? Des vins « sans ajout d’intrants ni sulfites », précise Jean-Marc Tard. Des vins sains, donc, réalisés sans les filets de protection de l’oenologie « moderne », ni même du soufre. Du jus de raisin fermenté et rien d’autre dans la bouteille, telle est la promesse de ces vins-là.[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Philippe Nevoux et Stephane Gouraud (Muscadet) – Le Vin Ligérien n°19

Le château de la Guipière ne manque pas d’atouts. Le domaine s’étale à Vallet autour d’un bâtiment historique de style clissonnais. Des vieilles pierres moussues et chargées d’histoire, une tour en ruines se mirant dans un petit étang, un parc fleuri… Et, surtout, un vignoble d’un seul tenant, de vingt-huit hectares dans la capitale du Muscadet.[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Complices de Loire (Saint-Nicolas-de-Bourgueil – Bourgueil) – Le Vin Ligérien n°19

Saint-Nicolas de Bourgueil, Bourgueil, Saumur, Saumur-Champigny, Chinon, Montlouis-sur-Loire, Touraine, Pouilly-Fumé… Le graphisme des bouteilles concernées a valeur de message. Il décline les huit appellations du Val de Loire sur lesquelles s’étend, cela ne s’invente pas, l’impulsion menée par ce… Vendéen d’origine. D’évidence, il y a dans la démarche de ce quadragénaire avenant une touche novatrice dans sa manière de décliner le métier de vigneron. En lui apportant une forme de contemporanéité – sur le Val de Loire en tout cas – tout en préservant, et il y tient, les fondamentaux de la foi du vigneron, des vignerons qui l’accompagnent.[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Pascal Lambert (Chinon) – Le Vin Ligérien n°19

Il a, comme tout un chacun, laissé le temps mûrir sa conscience et le faire grandir, lui. Vers ce qui, aujourd’hui, lui paraît pourtant comme une évidence. Pas besoin de tendre longtemps le micro pour saisir dans les explications du bonhomme le virus de la passion pour la biodynamie et, au-delà, pour tout ce qui peut, de près ou de loin, respecter la nature. Qu’on aime le vin, c’est une chose. Qu’on prenne soin de le produire avec respect et attention pour la terre et pour autrui, c’en est une autre. A 55 ans, Pascal Lambert prend soin de développer chacune de ces deux priorités au quotidien, laissant la nature envahir les saveurs des verres qu’il tend à ses amis, accompagné de Béatrice, son épouse, dans leur domaine en bordure de Chinon. La nature et rien que la nature. Pas question de triche, de substituts ou d’intrants. Ici, le vin est une religion dans ce qu’il a d’originel.[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Domaine de Pallus (Chinon) – Le Vin Ligérien n°19

Rendre visite à Bertrand Sourdais dans le joli domaine familial, sur la route qui joint Cravant-lès-Coteaux à l’Ile Bouchard, c’est prendre son temps. Car ce vigneron encore jeune, puisqu’il atteint tout juste la quarantaine, n’est pas avar de propos. Il aime parler de son métier avec la passion à fleur de peau pour ses territoires chinonais. Celle de ses dix-huit hectares, dont une douzaine autour des bâtiments de la propriété sur des coteaux calcaires essentiellement, mais où l’argile joue également sa partition en montant vers la forêt, main gauche, direction l’Ile Bouchard, le reste se situant sur la butte sablo-graveleuse du Clos de Briançon auquel Bertrand tient également beaucoup.[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Frederic Courtemanche (Montlouis) – Le Vin Ligérien n°19

Lorsque la question s’est posée, au coeur du printemps, elle a été vite évacuée ? Les vacances ? Loin ? Pour faire quoi ? Installé dans le cosy salon de sa maison de Saint-Martin-le-Beau aux couleurs de gris et blanc, il peut bien, effectivement, concéder ce qui sonne dans la famille comme une évidence : pas trop le genre de la maison, les vacances. Dans l’univers viticole, chronophage par ses exigences horaires et ses obligations de la vigne à la paperasse, c’est déjà une vérité première. Pour Frédéric Courtemanche, l’impact de sa profession se double d’une propension à vivre (bien) au coeur de son ilot personnel au quotidien, à Saint-Martin-le-Beau, non loin de Montlouis, Tours et Amboise.[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Peter Hahn (Vouvray) – Le Vin Ligérien n°19

Il a connu Sydney, Londres, Paris, New-York… Les clameurs des salles de marché. Les gros revenus et la surenchère de cris et de pression. Il vit maintenant dans le silence de ses vignes à Vernou-sur-Brenne, trop content de son sort. Engager la discussion avec Peter Hahn, c’est rapidement faire la connaissance d’un homme
heureux d’avoir tiré un trait sur sa vie d’hier. D’avoir largué les amarres avec des décennies de stress et de tension, de cris et de tumulte dans les salles des marchés, pour enraciner son quotidien dans le silence du Clos de la Meslerie, dans le pays de Vouvray.[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon