« La Loire est en elles », un livre à ne pas manquer !

« La Loire est en elles », Jean-Claude Bonnaud. Ce livre a été réalisé en partenariat avec le studio Asphalte, de Tours, qui s’est chargé de toute sa mise en scène ainsi que de la couverture. On peut d’ores et déjà le commander auprès de : jean-claude.bonnaud@levinligerien.fr 200 pages quadri textes et photos, 20 €, disponible à compter de la seconde quinzaine de mars 2017 en librairies, aux éditions JCF Rives de Loire, 113 Bis rue des Bordiers, 37100 Tours.

Ce livre est un embarquement pour suivre, au fil des saisons, le cours de la Loire à l’infinie poésie, mais aussi de proposer les portraits de quarante-quatre femmes qui ont un lien avec le monde du vin, entre Pouilly-sur-Loire et l’Atlantique. Parce que la vigne est l’un des marqueurs identitaires les plus forts du Val de Loire. Autant de femmes dont les parcours sont aussi différents les uns des autres qu’enthousiasmants.

Ce travail conclut trois années de rencontres avec ces femmes au cœur battant qui ont pris possession de la Loire pour s’imprégner jusqu’au bout des ongles de son tempérament qui fait de ce fleuve aux soubresauts si marqués un espace d’une large liberté. L’important, avant tout, a été de mettre en résonance des femmes de toutes générations avec leur panorama environnant. Elles disent leurs combats, leur amour, leur passion et leur bonheur de vivre ici, sur les bords du fleuve royal. Le vin est pour elles l’expression d’une résistance à la société hygiéniste qui nous entoure.

Le pouvoir, les femmes qui figurent dans ce livre n’en ont que faire ! La quête de puissance ne figure pas au fronton de leur horizon. Ce qui les intéresse, c’est la réussite de ce pays ligérien auquel elles souhaitent apporter leurs compétences et leur tempérament. Et si, dans la langue française, les mots terre et vigne, comme la Loire, sont du genre féminin, ce n’est peut-être pas, après tout, un hasard.

Entre La Loire, la vigne et la femme, le trait d’union est ainsi tracé : c’est la vie !

Trois salons pour un printemps à Nantes (et sa région)

Nantes et le Nantais ont longtemps boudé les vignerons et leurs salons… C’est peut-être en passe de changer : rien que ce printemps, trois salons sont proposés, dont deux au grand public. A vos agendas.

 

VertiVinies : 20 vignerons à la Frémoire

Vertivinies 2017, Vertou, château de la Frémoire

A Vertou, le QG du Muscadet accueille samedi 11 et dimanche 12 mars le salon Vertivinies. Ce rendez-vous, déjà bien connu, est organisé par Vertivin, une association qui propose des cours de dégustation toute l’année. Aux manettes, les fins palais Romain Mayet et Jocelyn Gombault, un gage de qualité…

Qui découvrir ? Une sélection restreinte mais pointue de vingt vignerons venus de toute la France, avec un seul vigneron par région. L’objectif est clair : favoriser la découverte.

Le programme en prime propose des ateliers : initiation à la dégustation (samedi à 15h), conférence « vins et chocolat (samedi 17h), accords mets-vins avec le Muscadet (dimanche, 11h).

Le plus. Les organisateurs ont pensé aux enfants, une rareté dans ce genre de rendez-vous : dimanche, ateliers de cuisine récréative pour les enfants, de 6 à 12 ans, à 14h, 15h et 16h (places limitées).

Pratique. Samedi 11 mars de 14h à 20h, dimanche 12 mars de 10h à 18h.

Au Château de la Frémoire à Vertou (au Sud de Nantes). Tarifs : entrée + verre = 5€

Infos sur vertivinies.fr

 

Place au naturel : Clisson dans un Verre

Clisson dans un Verre

Rendez-vous à Clisson pour la 2e édition de ce salon organisé par une petite bande de passionnés. En 2016, la première édition avait fait le buzz dans le vignoble, et attiré 750 visiteurs, « plus que ce qu’on espérait », explique Benoît Binon, G.O du groupe des Epicurvins.

Dans un vignoble en mutation, ce salon veut donner une vitrine « aux vignerons du Muscadet et d’ailleurs qui travaillent » en bio, biodynamie ou « nature ». Tous les vignerons présents sont donc des « bio » certifiés.

 

Qui découvrir ? Les habitués des vins bio et nature retrouveront les grandes figures de la région. Les autres découvriront là une sélection de vins « différents » mais abordables, à goûter les yeux fermés… A noter : la présence « coup de pouce » à de jeunes vignerons d’Azay-le-Rideau, pour leur premier millésime.

Le plus. Pour éduquer le cerveau (et pas que le palais), ne pas rater les «à-côté » engagés : projection – débat du film In Vino Veritas, sur la biodynamie, au cinéma Le Connétable à Clisson (vendredi 17 mars, soir) ; dédicace de la BD Pur Jus par Fleur Godart, pendant le salon ; atelier dégustation des crus communaux du Muscadet le samedi après-midi, et vieux millésimes du Muscadet le dimanche après-midi.

Pratique. Samedi 18 mars de 15h à 20h, et dimanche 19 mars de 10h à 18h, salle du Cercle Olivier de Clisson, 11 Place des Douves. L’entrée au salon est libre, pour déguster : participation aux frais de 5€ comprenant un verre INAO gravé. Petite restauration le dimanche sur place à base de produits bio et frais.

Infos sur clissondansunverre.fr 

 

Rendez-vous professionnel : Vins à l’Ouest à Nantes

Le nouveau salon Vins à l’Ouest est réservé aux professionnels, cavistes restaurateurs, etc. de tout l’Ouest. Organisé par une vingtaine d’agents commerciaux rassemblés au sein de l’association Convergence, il se déroulera à Nantes dimanche 12 et lundi 13 mars, dans le nouvel espace Titan, à la pointe de l’île de Nantes (près du hangar à Bananes).

Qui découvrir ? Avec 109 vignerons d’à peu près tous els coins de France, ce salon offre une belle diversité. Notons la belle sélection de domaines de Loire, une nouvelle génération de vignerons talentueux et en plein essor.

Le plus. L’association d’agents commerciaux, plutôt habitués à se faire concurrence, est assez rare dans le milieu. Il s’agit là de « mutualiser les forces », et ce sont les vignerons qui en profitent.

Pratique. Dimanche 12 de 14h30 à 18h30 et lundi 13 mars de 10h à 18h30. Espace Titan, 21 quai des Antilles, île de Nantes.

Plus d’infos sur Facebook 

Tout savoir sur le Quarts de Chaume !

Parce que le Quarts de Chaume, autour du hameau de Chaume et en proximité de la commune de Rochefort-sur-Loire, est le seul Grand Cru du Val de Loire, répertorié en tant que tel par l’Institut National des Appellations d’Origine, nous avons décidé, au Vin Ligérien, de lui consacrer un hors-série de 96 pages qui vient de paraître et qui est bien entendu toujours disponible à l’achat (dans les magasins de presse ou, sur commande, auprès de jean-claude.bonnaud@levinligerien.fr ; prix : 9,50 €).

L’histoire du Quarts de Chaume est passionnante, ses terroirs sont magnifiques, son cépage, le chenin, reste incontournable. Ce numéro spécial, fait de rencontres et d’interviewes des vignerons de cette toute petite appellation, démontre que c’est l’alliance de l’homme, du terroir et du cépage qui fait un vin d’exception.

Ce hors-série du Vin Ligérien multiplie les points de vues de scientifiques, d’historiens, d’œnologues. La longue interview de la sommelière Michèle Vételé apporte beaucoup de vécu à propos, notamment, des accords mets et vins réussis avec le Quarts de Chaume.

Jean-Michel Monnier, l’œnologue angevin qui sait en outre donner le goût des terroirs ligériens à ses étudiants, a accepté, à l’occasion de la publication de ce hors-série, de nous livrer son point de vue sur ces Quarts de Chaume qui demeurent des vins d’exception. Nous lui laissons la parole :

« Cette toute petite appellation de notre vaste vallée ligérienne possède de nombreux atouts. Son cépage, à la notoriété croissante dans le monde et particulièrement aux USA, lui permet une plus grande lisibilité et une belle attractivité. Son terroir magique, très proche du Layon, lui permet presque chaque année de concentrer ses raisins par le fameux champignon botrytis cinerea. Son positionnement dans le cercle très fermé des grands crus français, conforte une image de  ‘grand vin’, au même titre que ceux de nos voisins bourguignons.

Mais, peu connu du grand public, ce cru aurait besoin d’une personnalité pour porter les couleurs de l’A.O.C., un grand leader d’opinion, un nouveau ‘vigneron bâtisseur’, pas forcément issu du monde viticole, mais très médiatique pour affirmer sa spécificité et sa qualité, un peu comme le fut Gaston Lenôtre, le célèbre pâtissier parisien dans les années 90 viscéralement attaché au terroir de Bonnezeaux.

Petite et morcelée, ce qui est un atout de rareté, dans une entente saine et sereine entre tous les vignerons, cette appellation doit trouver une plus grande reconnaissance internationale afin de devenir une locomotive pour l’ensemble des chenins moelleux de la Loire, comme Savennières est en train de le devenir pour les chenins secs.

A noter que Jean Michel Monnier est également expert près de la cour d’appel d’Angers et qu’il a rédigé de nombreux ouvrages sur les vins de Loire.

Rendez-vous ce 11 février pour le Pot au feu géant des Halles de Tours

Rendez-vous ce 11 février pour le Pot au feu géant des Halles de Tours

Pour la 21ème année consécutive, le Pot au feu géant se déroulera entre les Halles Centrales et le Marché, de 8h à 15h et sous le Pavillon des Halles jusqu’à 15h.

La mise en place de cette manifestation est organisée par le service Commerce de la Ville de Tours. Cette manifestation ne pourrait néanmoins exister sans les nombreux partenariats.

Ø Pour préparer ce pot au feu géant sont nécessaires :

1 860 kg de légumes fournis par la Société de Gestion du Marché de Gros de Rochepinard et le groupe Estivin

800 kg de bœuf désossé. Le tout fourni et travaillé gratuitement par INTERBEV CENTRE (Comité Interprofessionnel du Bétail et des Viandes de la Région Centre), la Fédération de la boucherie d’Indre-et-Loire, viande préparée et désossée au Campus des Métiers et de l’artisanat de Joué les Tours, les bouchers du Pavillon des Halles : Serin « le Palais de la viande » – La boucherie Vavasseur– La Criée de la Boucherie Guibert, La boucherie Coolen et boucherie Bio Griffon.

18Kg de Brie de Meaux offerts par les fromagers du pavillon des Halles (Beillevaire – Les Fromages du Moulin, Le Meunier – France Fromages, Krisher et M. Chaintron du Carreau des Halles).

50 parts de tartes ainsi que le café confectionnés et vendus par les bénévoles des Restos du Cœur

150 baguettes confectionnées gratuitement par les Artisans Boulangers Hardouin et Le Talemenier sous les Halles qui seront dégustées sur place

100 parts de tartes, confectionnées gratuitement par l’Artisan Pâtissier de la Tarterie sous les Halles, Guignard.

Sébastien David, nouveau président des vignerons bios de Loire

L’AIVB-VL, association interprofessionnelle des vignerons bios du val de Loire, a depuis lundi 6 février 2017 un nouveau président : Sébastien David.
Sébastien David, vigneron de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, en bio depuis 1999, n’est pas une nouvelle tête à l’AIVB-VL, puisqu’il en était jusqu’à présent le vice-président. Mais lundi 6 février 2017 au soir, il a été élu comme remplaçant de Jacques Carroget, qui prépare sa retraite.

En tant que vice-président de l’AIVB-VL, il a travaillé notamment sur l’organisation des salons de la Levée de la Loire. L’édition 2017 de ce salon, qui s’est tenu à Angers lundi 5 et mardi 6 février au parc-expo, a réuni avec Demeter plus de 200 vignerons et attiré plus de 3000 visiteurs, une vraie réussite. « Notre force, c’est la convivialité», explique le nouveau président. « Pas de moquette », de la simplicité… et des coûts réduits pour les exposants, grâce notamment à la participation de chacun au montage et démontage.

Sébastien David : « Qu’il continue d’y avoir un événement vin à Angers »

Le succès est d’autant plus visible que juste à côté, le salon des vins de Loire était cette année à la peine, et a probablement été « aidé » par le dynamisme des bios.

« Pendant 10 ans, on nous a refusés un espace » au parc-expo, souligne non sans ironie Sébastien David. « On a commencé à 29 vignerons, à côté du salon Renaissance », aux greniers Saint-Jean (Angers), avant d’être enfin « acceptés » au parc-expo, il y a trois ans. « On ne voulait pas se couper du système. Pour nous, il y a de la place pour tout le monde. Le plus important, c’est qu’il continue d’y avoir un événement vin à Angers. »

Les autres chantiers à mener par l’AIVB-VL seront moins visibles : il s’agit de dossiers de prospectives, menés avec la FNAB ou France-Agrimer. « Pour l’instant, nous ne sommes pas encore une vraie interprofession. Mais c’est en cours de création. »

Objectif : porter la voix des vignerons bios du val de Loire dans tous les sujets qui ont trait au vignoble.

Le Salon des Vins de Loire d’Angers annonce sa prochaine édition du 4 au 6 février 2018

Les premières estimations en clôture du Salon des Vins de Loire sont tombées : « Près de 8 500 visiteurs ont parcouru les allées et découvert les quelque 86 appellations représentées par les 230 exposants du Salon et les 220 de La levée de la Loire et du salon Demeter », explique-t-on du côté de la direction du Salon. Un premier bilan jugé « positif dans le contexte 2017 du Salon qui s’étend aussi aux échanges commerciaux entre les exposants et les visiteurs. Le programme de Master Class, interventions et dégustations, a également été bien suivi. L’espace de libre dégustation a, quant à lui, joué à plein son rôle de vitrine des vins du vignoble. »

La direction du Salon ajoute que, « côté innovation, dix-sept start-up se sont succédées le dimanche et le lundi pour présenter leur produit ou leur solution au public. » En précisant que « la synergie avec la Levée de la Loire et le salon Demeter a encore démontré cette année toute sa pertinence et sera reconduite en 2018. » Christian Groll, directeur d’Angers Expo Congrès, ponctuant ce premier bilan en expliquant « qu’au regard du contexte actuel et des faibles volumes de vins liés aux conditions climatiques, nous sommes particulièrement contents des résultats. Portée par une dynamique territoriale forte autour de Food’Angers, cette édition confirme la position unique du Salon comme étant une place de marché performante pour les vins de Loire. » Quant à la date de la trente-deuxième édition, elle est annoncée pour les 4, 5 et 6 février 2018.

Sur place durant les trois journées de ce Salon, nous avons, pour notre part, noté plusieurs éléments d’information. Premier point : le nombre des exposants, avec la concurrence de VinoVision sur les vins septentrionaux, qui se déroulera du 12 au 14 février, car cette première édition s’inscrit tout de même, qu’on le veuille ou non dans un cadre concurrentiel, a fortement diminué du côté d’Angers, pour ce qui est du grand hall du parc des expositions. Les deux interprofessions, le Bureau Interprofessionnel des Vins du Centre-Loire et Interloire, étant partie prenante dans cette nouvelle organisation parisienne. Tous deux, et pour faire simple, estiment n’avoir pas été entendus sur les remarques qu’ils ont effectuées au fil des années aux responsables du Salon d’Angers en termes de dynamisation. On retiendra également que le monde du négoce était absent d’Angers.

Second point : la plupart de celles et ceux, parmi les exposants, que nous avons rencontrés se sont montrés satisfaits de cette trente et unième édition angevine, quand bien même la journée de dimanche s’est révélée particulièrement calme, celle de lundi, en revanche, ayant vu une belle circulation dans les allées. Satisfaction notée y compris chez celles et ceux qui s’étaient montrés inquiets au début de cette nouvelle édition. Reste qu’ils souhaitent être écoutés sur les remarques qu’ils ne manqueront pas de formuler, tout en précisant qu’ils tiennent à ce salon angevin, en cohérence avec la volonté d’accueillir dans le Val de Loire les visiteurs…

Quid maintenant de VinoVision ? Ce salon est censé réunir les vignobles septentrionaux, c’est-à-dire de Champagne, de Bourgogne, d’Alsace et de Loire. Une cohérence, dans le cadre, par exemple, du réchauffement climatique, qui n’est pas à discuter. Quatre cents exposants sont annoncés.

Reste maintenant aux différents salons à écrire l’histoire. Car il va, à l’évidence, falloir en écrire une nouvelle. Leur multiplication ne peut évidemment se poursuivre sans que certains finissent au bord de la route. Pas plus que le portefeuille des importateurs, celui des exposants n’est en effet extensible.

Jean-Claude BONNAUD

Les Ligers 2017

2 081 échantillons, soumis à la dégustation de 300 jurés, amateurs et professionnels du vin réunis dans le Hall Ardésia du Parc des Expositions d’Angers : la 23ème édition du Concours des Ligers, s’est déroulée, toute la journée de samedi, la veille de l’ouverture du Salon des Vins de Loire, dans une ambiance de dégustation studieuse et attentive.

Organisé par l’Union des Œnologues du Val de Loire, les interprofessions ligériennes et le Parc des Expositions d’Angers, le Concours des Ligers offre une vitrine de la production de vins de Loire, de Clermont-Ferrand à Nantes. Cet événement est le plus important concours régional de France, depuis 1995.

En mettant en valeur le travail des producteurs du vignoble, l’événement donne une vision des caractéristiques du millésime. « Nous sommes particulièrement fiers d’être présents pour soutenir l’ensemble des vins de notre grande région. Si les conditions climatiques n’ont bien sûr pas épargné la filière, l’offre vin reste intacte et remarquable. Je tiens également à remercier la trentaine de bénévoles qui font aujourd’hui de cet événement l’un des plus importants à l’échelle régionale. Place à la dégustation », a introduit Laurent Polleau, Président de l’Union des Œnologues Région Val-de-Loire, à l’ouverture du Concours.

Au terme de la dégustation, 639 vins ont été médaillés: 149 Ligers d’or, 242 Ligers d’Argent et 248 Ligers de Bronze.

L’ensemble des résultats du Concours sur : http://www.concoursdesligers.fr/palmares

Angers / Saumur : la carte des salons des vins 2017

C’est parti pour la saison des salons des vins 2017 d’Angers et Saumur. Rendez-vous du 4 au 7 février 2017, pour rencontrer près d’un millier de vignerons et célébrer le vin et la gastronomie.

 

Les Pénitentes

Salons des vins 2017, Angers : Pénitentes

Les vignerons Villemade, Puzelat, Mosse, Gaubichet et Bonhomme invitent une vingtaine de vignerons.

Samedi 4 et dimanche 5 février 2017, à Angers. Entrée 5 euros.

Dégustation Grenier Saint-Jean / Renaissance

Salons des vins 2017, Angers : Renaissance aux Greniers Saint-Jean

L’esprit : les « vins vrais » de vignerons de France et d’Europe, invités par l’association Renaissance des Terroirs initiée par Marc Angeli. 2000 visiteurs dans le week-end en 2015 ! Cette année, le salon se déroulera sur deux espaces : la Loire et la Corse seront à l’Hôpital Saint-Jean, tandis que les autres régions et autres pays seront aux Greniers Saint-Jean !

La liste complète des vignerons participants est à retrouver sur leur page Facebook.

A noter : l’entrée à ce salon est payante, mais l’argent est intégralement reversé à l’association Madavin.

Samedi 4 et dimanche 5 février 2017, à Angers (greniers Saint-Jean)

Les Anonymes

Salons des vins 2017, Angers : les Anonymes

Salons des vins 2017, Angers : les Anonymes

Esprit : une cinquantaine de vignerons

Participants : la liste complète est à découvrir sur leur page Facebook.

Dimanche 5 février 2017, à Angers (salons Curnonski, rue Saint-Martin), entrée 5 euros.

 

Dive Bouteille

Salons des vins 2017, Saumur : Dive Bouteille

Salons des vins 2017, Saumur : Dive Bouteille

Direction Saumur (à 45km d’Angers) pour le 18e salon de la Dive Bouteille, rendez-vous annuel de la planète « vin naturel ». Près de 200 vignerons du monde entier, et la foule dans les (magnifiques) caves de la maison Ackerman. On y va pour re(découvrir) les vins naturels, pour voir et être vu.

Les vignerons participants sont à retrouver sur leur page Facebook.

Dimanche 5 et lundi 6 février, à Saumur (caves Ackerman, 19 rue Léopold Palustre).

Le salon des Vins de Loire

Salons des vins 2017, Angers : salon des vins de Loire

Salons des vins 2017, Angers : salon des vins de Loire

Année test pour le salon des Vins de Loire. Le rendez-vous historique des vins de Loire au parc expo d’Angers devra faire ses preuves face au nouveau concurrent VinoVision. Le rendez-vous peut compter sur plus de 30 ans d’expérience et une fréquentation régulière de plus de 9000 visiteurs !
En même temps et au même endroit, se déroule depuis 3 ans déjà le salon des « bios » de la Levée de la Loire, et depuis l’année dernière, Demeter (biodynamie).

A noter : cette année, le salon commence le dimanche. Autre nouveauté : un espace « start-up », avec des entreprises qui combinent vin et numérique.

Dimanche 5, Lundi 6  et mardi 7 février 2017, au parc expo d’Angers. A noter : si vous arrivez en train à la gare d’Angers, il y a une navette gratuite pour vous conduire jusqu’au parc expo (les horaires sont à consulter ici).

Levée de la Loire et Demeter (salon des vins de Loire)

Salons des vins 2017, Angers : Levée de la Loire

Salons des vins 2017, Angers : Levée de la Loire

Pour la deuxième année, le salon accueille en son sein (mais avec une organisation distincte) les « bios » de la Levée de la Loire. Et pour la toute première fois, les vins biodynamiques de Demeter. Une révolution attendue par les bios depuis 10 ans, et qui mérite d’être soulignée. La Levée représente quand même 200 vignerons, de Loire et d’ailleurs.

Les exposants sont à découvrir sur la page Facebook.

Lundi 6 et mardi 7 février 2017, au parc expo d’Angers. Infos pratiques.

Food’Angers, une semaine pour cultiver ses papilles à Angers

Du vendredi 3 au samedi 11 février 2017, la ville d’Angers se met à table pour « Food’Angers, le nouveau nom de l’ex-semaine des vins de Loire.

Au programme : des balades dans les vignes ou dans la ville, des conférences (que le Quarts-de-Chaume ou le chenin), des soirées « réseau » autour du vin et de la créativité, un marché de producteurs (samedi 11 février), une soirée pour apprendre ‘art du cocktail (jeudi 9 février)… Bref : la famille « food » d’Angers est largement mise à l’honneur, pour permettre au grand public d’apprécier la gastronomie et ses plaisirs sous plusieurs facettes.

Le programme complet.