DSC_0674

Le Salon des Vins de Loire d’Angers annonce sa prochaine édition du 4 au 6 février 2018

Les premières estimations en clôture du Salon des Vins de Loire sont tombées : « Près de 8 500 visiteurs ont parcouru les allées et découvert les quelque 86 appellations représentées par les 230 exposants du Salon et les 220 de La levée de la Loire et du salon Demeter », explique-t-on du côté de la direction du Salon. Un premier bilan jugé « positif dans le contexte 2017 du Salon qui s’étend aussi aux échanges commerciaux entre les exposants et les visiteurs. Le programme de Master Class, interventions et dégustations, a également été bien suivi. L’espace de libre dégustation a, quant à lui, joué à plein son rôle de vitrine des vins du vignoble. »

La direction du Salon ajoute que, « côté innovation, dix-sept start-up se sont succédées le dimanche et le lundi pour présenter leur produit ou leur solution au public. » En précisant que « la synergie avec la Levée de la Loire et le salon Demeter a encore démontré cette année toute sa pertinence et sera reconduite en 2018. » Christian Groll, directeur d’Angers Expo Congrès, ponctuant ce premier bilan en expliquant « qu’au regard du contexte actuel et des faibles volumes de vins liés aux conditions climatiques, nous sommes particulièrement contents des résultats. Portée par une dynamique territoriale forte autour de Food’Angers, cette édition confirme la position unique du Salon comme étant une place de marché performante pour les vins de Loire. » Quant à la date de la trente-deuxième édition, elle est annoncée pour les 4, 5 et 6 février 2018.

Sur place durant les trois journées de ce Salon, nous avons, pour notre part, noté plusieurs éléments d’information. Premier point : le nombre des exposants, avec la concurrence de VinoVision sur les vins septentrionaux, qui se déroulera du 12 au 14 février, car cette première édition s’inscrit tout de même, qu’on le veuille ou non dans un cadre concurrentiel, a fortement diminué du côté d’Angers, pour ce qui est du grand hall du parc des expositions. Les deux interprofessions, le Bureau Interprofessionnel des Vins du Centre-Loire et Interloire, étant partie prenante dans cette nouvelle organisation parisienne. Tous deux, et pour faire simple, estiment n’avoir pas été entendus sur les remarques qu’ils ont effectuées au fil des années aux responsables du Salon d’Angers en termes de dynamisation. On retiendra également que le monde du négoce était absent d’Angers.

Second point : la plupart de celles et ceux, parmi les exposants, que nous avons rencontrés se sont montrés satisfaits de cette trente et unième édition angevine, quand bien même la journée de dimanche s’est révélée particulièrement calme, celle de lundi, en revanche, ayant vu une belle circulation dans les allées. Satisfaction notée y compris chez celles et ceux qui s’étaient montrés inquiets au début de cette nouvelle édition. Reste qu’ils souhaitent être écoutés sur les remarques qu’ils ne manqueront pas de formuler, tout en précisant qu’ils tiennent à ce salon angevin, en cohérence avec la volonté d’accueillir dans le Val de Loire les visiteurs…

Quid maintenant de VinoVision ? Ce salon est censé réunir les vignobles septentrionaux, c’est-à-dire de Champagne, de Bourgogne, d’Alsace et de Loire. Une cohérence, dans le cadre, par exemple, du réchauffement climatique, qui n’est pas à discuter. Quatre cents exposants sont annoncés.

Reste maintenant aux différents salons à écrire l’histoire. Car il va, à l’évidence, falloir en écrire une nouvelle. Leur multiplication ne peut évidemment se poursuivre sans que certains finissent au bord de la route. Pas plus que le portefeuille des importateurs, celui des exposants n’est en effet extensible.

Jean-Claude BONNAUD