Muscadet : découvrir le vignoble avec le circuit du VAN

Le VAN dans le Vignoble propose cet été de découvrir le pays du Muscadet avec un circuit en onze étapes. Châteaux remarquables, musées, spots pour pique-nique… Les explications de Ninon Bardet, du Voyage à Nantes.

 

Comment avez-vous réalisé ce circuit du Voyage à Nantes dans le vignoble ?

Ninon Bardet : « Ca fait trois ans qu’on expérimente dans le vignoble. Ca a commencé en 2014, avec les premiers repérages en partenariat avec l’office de tourisme du vignoble. Et chaque année, on a amélioré le parcours, ajouté de nouveaux lieux… Au bout de trois ans, on arrive à quelque chose de stabilisé. »

Bar à Muscadet à la Frémoire
tous les week-ends

Quels sont les temps forts du VAN dans le vignoble ?

« Cette année, nous avons mis le paquet sur les formules à la journée, à la demi-journée. Il y a plusieurs excursions possibles, on prend le bateau, puis on mange, on déguste… Et aussi, pour la première fois, un bar à vins à la Frémoire, à Vertou ! Le château, datant du XVIe siècle, est aujourd’hui le siège des vins du Nantais, et il sera ouvert tous les samedis et dimanches en juillet et en août (de 11h à 21h, ndlr), pour la première fois. Il y aura un bar à Muscadet et de la restauration gourmande. La terrasse, qui a une vue superbe, sera ouverte pour l’occasion. Pour y accéder, il y a une chouette promenade le long de la Sèvre par la Chaussée des Moines et l’hippodrome, puis en prenant un bac à chaîne. »

 

Sur quels critères les domaines viticoles présentés, une dizaine, ont-ils été choisis par le VAN ?

« La sélection des domaines viticoles présentés dans le programme du VAN dans le vignoble s’est faite avec nos partenaires, la Fédération des Vins du Nantais par exemple. Nous avons d’abord privilégié des critères oenotouristiques, en partant des réseaux des Caves Touristiques, Caves d’Excellence, etc. Notre objectif est de donner la part belle au développement de l’offre oenotouristique, d’accompagner les projets locaux, et de leur ramener du monde. Il fallait aussi que la localisation soit cohérente avec l’ensemble du circuit, et qu’il y ait deux domaines par commune traversée. »

 

Dans le programme, sont évoqués, pour 2018, des œuvres et aménagements sur le parcours… 

« Tout sera présenté en septembre… C’est la prochaine étape, car après trois ans d’expérimentation, nous souhaitons aller plus loin, avec des aménagements. Nous avons déjà un peu commencé, avec du matériel urbain dans le port de la Haie-Fouassière… Mais pour la suite, il faut attendre ! Tout ça prend du temps, car nous ne sommes pas sur le territoire, et il faut du temps pour convaincre… et trouver les budgets. »

 

 

 

Les étapes dans le Muscadet

 

Le programme du VAN dans le Vignoble

 

 

Jean-Martin Dutour, à nouveau Président d’Interloire

Suite à l’article que nous avons publié ce matin sur notre site internet (voir ci-à côté), l’élection de Jean-Martin Dutour s’est bien confirmée ce même jour, comme vous pourrez le lire ci-dessous.

L’assemblée générale d’Interloire, l’interprofession des vins de Loire qui régit une bonne partie des vignobles de l’Atlantique au Loir-et-Cher, s’est déroulée ce 27 juin à la Haye-Fouassière, dans le Pays Nantais. La principale information de cette journée est la nouvelle élection, à l’unanimité s’il vous plaît ! de Jean Martin Dutour à la présidence. Il reprend en effet les rênes de cette structure après les avoir cédées au Nantais Gérard Vinet, il y a quatre ans. A l’actif de Gérard Vinet, explique le communiqué de l’interprofession, « la modernisation du fonctionnement de l’outil interprofessionnel entièrement repensé au cours de son mandat avec l’objectif de porter plus haut l’ambition collective des vins du Val de Loire. » Cette « modernisation », rappelons-le, ayant eu notamment pour propos de redonner aux différentes appellations la maîtrise de leur communication propre ainsi que le départ de plus d’une dizaine de collaborateurs et collaboratrices, dont un certain nombre ont été réembauchés par les appellations ou fédérations mises en place dans le cadre de cette restructuration au cours de laquelle on a par ailleurs assisté à l’intégration des vins I.G.P. (Indication Géographique Protégée) et la création d’un nouveau salon VinoVision, à Paris, dans la foulée du Salon des vins de Loire d’Angers, ce qui n’a pas été sans créer quelques ardentes discussions dans le milieu vinicole. L’ensemble, au-delà d’axes administratifs, s’articulant autour de deux pôles :

 Un pôle communication, principalement à l’export et autour d’expertises de relations presse, communication numérique et oenotourisme.

 Un pôle filière autour de la prospective, la connaissance des marchés et de la technique.

Gérard Vinet avait pris la tête de l’Interprofession en 2013. Son credo au moment de sa prise de responsabilité ? « InterLoire doit avoir ce pouvoir d’initier les chantiers qu’individuellement nous ne pouvons concrétiser. Portés collectivement, cela prend tout son sens à la fois en termes d’engagements financiers mais aussi en termes d’engagements humains. InterLoire est un outil idéal pour construire et consolider des fondations collectives autour de la promotion, de l’export, de l’expérimentation, de l’économie, de la défense du vin dans la société. »

Le marketing, leader de la démarche d’Interloire

Jean-Martin Dutour, 49 ans, ingénieur agronome et œnologue, est négociant dans le Chinonais (domaine Baudry-Dutour qu’il dirige en association avec Christophe Baudry depuis 2003). Il avait été élu Président du Syndicat des vins de Chinon en 2014, après avoir quitté la Présidence d’Interloire en 2013. Il reprend donc les manettes de l’Interprofession. « Il a été élu à l’unanimité et représente, dans la logique d’alternance de l’interprofession, le collège négoce », précise encore le communiqué de presse.

Jean-Martin Dutour a déterminé trois axes majeurs de travail pour ce nouveau mandat, dans la logique de marketing qui est la sienne et sur laquelle il a d’ailleurs emmené le Syndicat des vins de Chinon lors de son mandat dans le pays de Rabelais :

« 1. Rendre à la Loire sa capacité à produire et, en ciblant ses marchés, améliorer la compétitivité des entreprises viticoles ligériennes.

  1. Faire de l’appartenance au Val de Loire un signe fort, gage de valorisation.
  2. Communiquer sur les marchés étrangers pour faciliter le développement à l’exportation des opérateurs. »

« Le conseil d’orientation stratégique et le président d’InterLoire sont au service de la filière pour mettre en œuvre ses décisions ; les vignerons et négociants du Val de Loire peuvent compter sur notre engagement à les défendre », a précisé Jean-Martin Dutour à l’issue de cette assemblée générale.

Nous verrons ces prochains mois si ce mariage réaffirmé du monde des vignerons et du négoce en Val de Loire réussira enfin à conduire les deux parties sur la voie commune d’un avenir bénéfique à l’ensemble du monde viticole ligérien.

La gouvernance de l’Interprofession

Elle s’appuie sur les organes ci-dessous :

Le conseil d’orientation stratégique (C.O.S.). Il est composé de dix-huit membres à parité de neuf vignerons et neuf négociants. Il a été désigné par l’assemblée générale. C’est l’organe qui propose à l’A.G. le projet politique, les orientations budgétaires et qui veille à son exécution. Jean-Martin Dutour en occupe la présidence depuis ce même 27 juin 2017.

Le bureau exécutif. Il est composé de six membres issus du C.O.S. Il est en charge « d’exécuter ou de faire exécuter les missions qui lui sont confiées par l’A.G. ou le C.O.S. et de s’assurer de leurs bonnes réalisations. »

Les commissions thématiques. Elles ont doivent « mener à bien les projets qui leur sont confiés par l’A.G. ou le C.O.S. » Elles sont au nombre de trois :

  1. La commission Communication, en lien avec le Conseil Consultatif. Pierre-Jean Sauvion (Maison Lacheteau) en est le président.
  2. La commission Marchés et Economie Prospective. Elle est présidée par Laurent Menestreau (Domaine de l’Epinay).
  3. La commission Technique. Elle est présidée par Olivier Brault (Caves de la Loire).

Le conseil consultatif. Il est composé des Présidents des Organismes de Défense et de Gestion (O.D.G.), des Présidents des Fédérations relevant de la compétence d’InterLoire, du Président de la Confédération des Vignerons du Val de Loire (C.V.V.L.) et de l’Union des Maisons du Val de Loire (U.M.V.L.). Son travail : « La cohérence des différentes actions de communication mises en œuvre par les ODG/Fédérations et InterLoire », mais aussi « le cadre de revendication collective de l’appartenance du Val de Loire », et enfin « l’émergence de problématiques et le partage des actions conduites par InterLoire. »

Alban et Vincent Orion (Fiefs Vendéens) – Le Vin Ligérien n°21

En 2005, quand nous sommes arrivés dans le domaine, mon frère et moi, ça faisait quinze ans que mon père se battait pour l’appellation Chantonnay », se souvient Vincent Orion. Hors de question d’abandonner ce combat. « Ca n’aurait eu aucun sens. Si je suis revenu, c’est justement pour ce terroir. » […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Jean-Pierre GUEDON (Muscadet) – Le Vin Ligérien n°21

A 57 ans, après avoir vendu son entreprise de transports et livraison, Jean-Pierre Guédon aurait pu couler une retraite oisive et confortable. Mais non. Cherchant un « achèvement » pour sa vie de chef d’entreprise émaillée de succès, le patron se tourne vers son hobby : le vin. […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Emmanuel Merceron et Olivier Martin (Coteaux d’Ancenis) – Le Vin Ligérien n°21

Nous, on joue sur tous les tableaux », avance d’emblée Emmanuel Merceron. « C’est notre particularité. » Pourquoi choisir, en effet, quand le hasard et les logiques administratives de l’INAO des années 70 vous place « sur une zone de superposition » : Anjou, Muscadet, Coteaux d’Ancenis ? Certes, ça oblige à avoir toujours une carte à portée de main pour accompagner les dégustations. Mais, dans l’ensemble, trois chances de tomber juste valent mieux qu’une. […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Sylvain Dittiere (Saumur Champigny) – Le Vin Ligérien n°21

Pour mesurer le courage du bonhomme et sans doute, par la même occasion, son amour de la mission vigneronne, il est un moyen des plus simples : pénétrer dans le jardin, puis redescendre, plusieurs mètres sous terre. Et faire connaissance avec les lieux : une immense cave de près de 500 mètres carrés de surface investie par l’humidité, les tonneaux de bois et les parois humides. Le noir des parois voisine avec le blanc de l’humidité qui donne une idée de l’antériorité de la fabrication du vin ici. Voilà bien un lieu qui sent le vin, limité à l’entrée par d’imposants blocs de craie. […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Michel Chevré (Saumur) – Le Vin Ligérien n°21

La nature et l’environnement qu’il convient de respecter et, en particulier, la notion des équilibres naturels : la priorité est, à des degrés divers, régulièrement formulée au sein de l’univers vigneron. Logique, il est vrai. On ne choisit pas impunément de travailler les sols, s’adapter au climat, scruter le ciel, rester à l’écoute de la météo, de ses aléas et de ses incertitudes sans avoir, peu ou prou, axé sa pensée autour de cette philosophie. En y acceptant, au passage, l’idée qu’il reste une part d’indicible et de non maîtrisable. Chez Michel Chevré, cette quête du respect de l’équilibre de la nature et de ses croisements instinctifs biologiques est sans doute encore plus affirmée qu’ailleurs. Pas étonnant, dans ces conditions de croiser la route de cet ancien enseignant du Saumurois, plongé dans la production d’un vin exigeant, dans le périmètre géographique de Thierry Germain, une référence de la biodynamie dans l’ouest de la France.   […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Guillaume et Jérôme Sourdais (Chinon) – Le Vin Ligérien n°21

Pénétrer dans la cave de tuffeau noircie, tout en haut de la cour, donne une idée de ce que l’histoire des vignerons doit à la sueur et au travail. L’impressionnante cave en forme de « U » a été achevée voilà quelques semaines seulement. Les outils contemporains, divers et puissants engins, sont passés par là provoquant des nuages de poussière et de bruit des mois durant. Mais le résultat en valait la peine : il permet aux visiteurs du domaine des Bouquerries de parcourir, par douze degrés, une balade complète sur les lieux avec les barriques en bois et, pour parois naturelles, les murs noircis par l’humidité.  […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Michel Autran (Vouvray) – Le Vin Ligérien n°21

Travailler la terre, produire le vin : c’est aujourd’hui. Soigner l’homme, tenter de guérir les maux : c’était hier. Deux époques, deux missions. Michel Autran a-t-il, pour autant, fondamentalement imposé une brutale révolution au coeur de sa démarche personnelle alors qu’il entamait, voilà une vingtaine d’années, un virage objectivement assez radical ? Parcours inhabituel, cet homme de 53 ans à la brune tignasse toujours adolescente avait alors fait le choix de laisser derrière lui une bonne quinzaine d’années à exercer dans la médecine générale, à SOS Médecins Tours, pour s’engager sur les voies aléatoires de l’élaboration du vin. […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Sébastien Cornille (Jasnières – Coteau-du-Loir) – Le Vin Ligérien n°21

Aussi vrai qu’il faut sans doute de tout pour faire un monde, il faut certainementde tout – aussi – pour façonner un vigneron. En jetant un oeil dans le rétroviseur de son parcours adulte, Sébastien Cornille peut déjà, à l’aube de sa quarantaine, mesurer le chemin parcouru. Le sien est fait de choix, de rencontres, de voyages et de paysages divers. Il se creuse la tête quelques secondes pour trouver son âge (41 ans), sourit et admet un « parcours un peu atypique ». Au vrai, le vigneron de Jasnières a appris vite et bien à faire son métier, jusqu’à voir son nom porté par un concert de louanges – méritées – tant son travail est porté par l’exigence et la rigueur de fond. […]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon