Les Champions du Monde 2018 à Bourgueil

Après une escale dans le vignoble de Bourgueil à l’automne 2017, les meilleurs dégustateurs mondiaux reviennent dans l’appellation le samedi 9 mars.

Quatre-vingts équipes composées chacune de deux dégustateurs s’affronteront toute la matinée autour d’une douzaine de bouteilles de vins servies à l’aveugle.

Cet événement se déroulera dans la grande salle de l’Abbaye du Bourgueil, berceau historique de l’appellation, et correspondra à une nouvelle étape du Championnat de France de dégustation, organisé par Philippe de Cantenac.

A cette occasion, les champions du monde de dégustation 2018 feront le déplacement de Belgique pour se confronter aux dégustateurs français. Les participants viennent de toute la France et l’épreuve est déjà complète depuis plusieurs mois.

Quant à la remise des prix se déroulera au Château de Minière à Ingrandes-de-Touraine.

Notre photo (Document remis) : Ces championnats, c’est du sérieux!

Les Trophées de l’oenotourisme

Les vignobles de Loire seront bien représentés pour la finale de la première édition des Trophées de l’oenotourisme dont les résultats seront connus le 29 mars. Ils seront décernés au Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères.

Cinq mois après le lancement de cette toute première édition, plus de 350 dossiers sont au final passés entre les mains du jury. Pour Sylvie Tonnaire, Rédactrice en Chef de Terre de vins, cheville ouvrière de l’organisation, « ce grand jury a fait preuve d’une combinaison d’exigence et d’écoute. Exigence car chaque point du dossier de candidature était examiné avec soin : notation, descriptif, argumentaire, photographies… Écoute aussi car les représentants professionnels des différentes régions ont pu expliquer leur vécu et leurs connaissances de terrain de chaque dossier en le remettant dans un contexte expérientiel, historique, économique et social. Nous avons pu une fois de plus prendre la mesure de la diversité des offres et de leurs émetteurs : château prestigieux ou petite propriété familiale, chacun peut entrer dans le jeu de l’oenotourisme et mettre en scène ce qui fait son caractère propre. Ce qui compte c’est d’avoir de l’authenticité et de la conviction dans sa démarche ».

Les 15 finalistes ligériens :

Architecture et paysages : Domaine de Rocheville Vallée de la Loire (49)

Art et culture Ackerman : Vallée de la Loire (49)

Art et culture : Domaine des Tabourelles – Troglo Degusto Vallée de la Loire (41)

Initiatives créatives et originalités : Pierre & Bertrand Couly Vallée de la Loire (37)

Initiatives créatives et originalités : Maison Veuve Amiot Vallée de la Loire (49)

Initiatives créatives et originalités : Domaine Raimbault-Pineau Vallée de la Loire (18)

Vignoble en famille : Domaine de Montcy Vallée de la Loire (41)

Vignoble en famille : Maison des Sancerre Vallée de la Loire (18)

Oenotourisme d’affaires et événements privés : Domaine de Rocheville Vallée de la Loire (49)

Pédagogie et valorisation de l’environnement : Château de la Viaudière Vallée de la Loire (49)

Pédagogie et valorisation de l’environnement : Les Vins Domaine du Closel Vallée de la Loire (49)

Valorisation des appellations et institutions : Les Muscadétours Vallée de la Loire (44)

Valorisation des appellations et institutions Marché des vins de Loire Vallée de la Loire (49)

Valorisation des appellations et institutions : Cave des Producteurs de Vin de Montlouis Vallée de la Loire (37)

Valorisation des appellations et institutions : Val de Loire Travel Vallée de la Loire (37)

Notre photo Le Vin Ligérien : Laura Semeria, qui dirige le domaine de Montcy, en AOC Cheverny et Cour-Cheverny en lice pour ces Trophées de l’oenotourisme, dans la catégorie Vignoble en famille.

Le chêne, le tanin, le vin et la spectroscopie

À terme, les forestiers et tonneliers de la région Centre-Val de Loire pourront ajouter un nouvel outil à leur panoplie afin de différencier le chêne sessile du chêne pédonculé. Même en hiver en l’absence de feuilles et fruits pour un prélèvement en forêt, ou face à un stock de merrains anonymes…

Grâce à cet outil de spectroscopie proche infrarouge, il sera instantanément possible de sélectionner le chêne (sessile) aux tanins discrets recherchés pour l’élaboration des vins fins. Ou plutôt le pédonculé riche en tanins plutôt destiné aux alcools forts. C’est à Emilie Destandau que revient le pilotage de cette projet financé depuis septembre 2017 (et durant trois ans) par la Région Centre-Val de Loire. La directrice d’étude au sein de l’Institut de chimie organique et analytique (ICOA) de l’université d’Orléans élabore une méthode de caractérisation moléculaire. Elle est réalisée à partir d’échantillons fournis en région par l’Office national des forêts (ONF) et les tonneliers. Ces partenaires, dont l’institut national de la recherche agronomique (INRA), seront d’ailleurs les premiers bénéficiaires de cet outil. « Les premiers résultats sont encourageants », souligne Emilie Destandau. L’Institut français de la vigne et du vin apporte également sa contribution au projet dans le cadre du Vinopôle Centre Val de Loire à Amboise.

Patrick CHATEAU

 

Pierre Couly nous a quittés

Pierre Couly nous a quittés dans la nuit de vendredi à samedi. Il était incontestablement une très grande figure du vignoble chinonais, et bien au-delà, même, des limites du Val de Loire. Au-delà des vignes familiales, il s’était, notamment, beaucoup investi pour la Confrérie des Bons Entonneurs Rabelaisiens dont il fut l’un des fondateurs et son Grand-Maître durant de nombreuses années. Il avait également eu à cœur de soutenir son fils, Bertrand, dans la création d’un chai « nouvelle formule », à l’entrée de Chinon, que nous évoquerons d’ailleurs dans le prochain numéro du Vin Ligérien que nous sommes en train de boucler. Sûr qu’à son âge, beaucoup auraient préféré décrocher plutôt que de se lancer dans une telle nouvelle aventure.

Pierre Couly respirait Chinon et les Caves Painctes comme il respirait ses vins. Toute sa vie, en somme.

Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à l’ensemble de ses proches.

Notre photo Le Vin Ligérien : Pierre Couly et son fils Bertrand.

Quelques infos du Val de Loire

La première édition du salon Wine Paris, créé par VinoVision et ViniSud, se tient en ce moment, jusqu’au 13 février, avec deux mille exposants environ. Le Val de Loire figure dans les trois régions les plus représentées.

Le bio progresse, ce qui favorise les vins du Val de Loire. En France, les ventes de vin bio devraient doubler en volume d’ici 2022, selon une étude Sudvinbio-IWSR présentée fin janvier à Montpellier et auquel ont participé 73 entreprises ligériennes.

2018 : un chiffre d’affaires record. L’an passé, les exportations de vins du Val de Loire ont généré un revenu de 282 millions d’euros, en hausse de 36 % sur les dix dernières années.

Mention complémentaire sommellerie. Le vignoble du Val de Loire est engagé, depuis de nombreuses années, dans la formation des jeunes sommeliers. InterLoire et le BIVC (Bureau Interprofessionnel des Vins du Centre-Loire (1) proposent ainsi à 58 établissements en France un kit de formation.

(1) Ce sont les deux interprofessions du Val de Loire, de l’Atlantique au Sancerrois. Source des informations ci-dessus : Interloire.

Photo : Le Vin Ligérien. Ici à Blaslay, dans le Haut-Poitou.

 

Le Salon des Vins de Loire d’Angers a du souffle !

Le Salon des Vins de Loire d’Angers s’est déroulé la semaine passée. Avec un nombre d’exposants en nette hausse (+20%) et un public professionnel à l’équilibre, avec près de 7.500 visiteurs de 38 nationalités différentes.

La 33e édition du Salon des Vins de Loire d’Angers a démontré qu’il garde une place prépondérante dans le calendrier ligérien. « Il est le rendez-vous légitime de l’offre Loire », explique-t-on à Angers. « Preuve en est avec une mobilisation sans précédent des structures professionnelles telles que les fédérations, les syndicats d’appellation ou encore les Vignerons Indépendants sur cette édition. »

Le Concours des Ligers a accueilli cette année un nombre record d’échantillons (2 471) pour la dégustation.

Pour ce qui concerne l’oenotourisme, s’est tenue la remise des prix des premiers « Bacchus de l’oenotourisme ». Ce nouveau concours, organisé par Destination Angers, a récompensé les initiatives contribuant à la promotion de ce secteur et au rayonnement du Val de Loire. Cinq prix se sont vu décerner, encourageant ainsi leurs nouvelles initiatives sur l’univers du vin (soixante-cinq candidatures avaient été déposées).

Cette édition a également vu le lancement officiel de la promotion du Congrès International du Chenin Blanc qui se déroulera au Centre des Congrès d’Angers du 1er au 3 juillet. L’espace dédié aux chenins de Loire a ainsi accueilli, outre une dégustation durant trois jours, des opérations de promotion de cette future manifestation avec : distribution de badges #fandechenin, un stand d’informations et d’inscriptions et, en salle de presse, une conférence de présentation aux de cet événement. Ce premier Congrès International du Chenin est destiné à des professionnels du vin passionnés par le chenin : vignerons, importateurs, distributeurs, cavistes, sommeliers, journalistes, etc.

 « Cette 33ème édition du Salon des Vins de Loire », a estimé Eric Grelier, Président nouvellement nommé à la tête du Comité d’Orientation Stratégique du salon, « marque le début d’une nouvelle histoire. Une histoire que l’on peut écrire à plusieurs mains au service de l’offre Loire dans sa globalité. Avec les « off » et les évènements connexes – la Levée de la Loire et le Salon Demeter notamment – qui se déroulent à Angers sur quatre jours, le Parc des Expositions devient le cœur névralgique d’une expérience protéiforme qui séduit un public toujours plus large. »

Les prix oenotouristiques :

L’Auberge des Isles à Montreuil-Bellay (Anjou) pour la « Restauration et l’Hébergement », le Domaine Couly à Chinon (Touraine) pour la « Mise en valeur touristique du Vignoble », Val de Loire Travel (Tours) pour la « Vente de produits oenotouristiques », le « Muscadétours » (Vignoble de Nantes) pour la « Promotion de l’oenotourisme » et, enfin, le Domaine de Montcy à Cheverny (Vallée du Cher) qui a obtenu le prix « Coup de coeur du jury ».

Notre photo Le Vin Ligérien : Le chenin s’affirme comme l’une des stars du Val de Loire.

En route pour les prochaines Journées du Livre et du Vin de Saumur !

La 24ème édition des Journées du Livre et du Vin de Saumur connaît ses lauréats. L’édition 2019 aura lieu les 13 et 14 avril.

 C’est au café parisien Les Deux magots que se sont réunis, en ce début février, les jurés des prix littéraires des Journées du Livre et du Vin de Saumur pour délibérer et désigner les lauréats 2019.

Nan Aurousseau a remporté le « Prix Claude Chabrol – Château de Parnay/Saumur Agglo » pour son roman Les amochés (Buchet-Chastel), Sylvie Augereau le « Prix Jean Carmet – De Chanceny/Crédit Mutuel » pour son livre Le Vin par ceux qui le font pour ceux qui le boivent (Tana), François Guillaume Lorrain le « Prix Patrick Poivre d’Arvor » pour Vous êtes de la famille ? (Flammarion), Edouard Bureau le « Prix Jean-Claude Brialy de la Ville de Saumur » pour Le lion sans crinière (Sable polaire) avec une mention spéciale pour De la race des seigneurs d’Alain-Fabien Delon (Stock), Jean-Jacques Annaud pour Une vie pour le cinéma (Grasset) le « Prix Hervé Bazin – Département de Maine et Loire » et enfin Patrick Besson pour Le milieu de terrain (Grasset) le Prix Renault Antoine Blondin.

Il faudra cependant attendre avril pour connaitre les lauréats des « Prix François Morellet », créé en 2016 et récompensant un livre sur l’art et « Prix de la femme » qui seront révélés le jour de la remise des prix officielle, en présence des lauréats, des jurés et des partenaires du Livre et du Vin le dimanche 14 avril lors de la 24ème édition des Journées du Livre et du Vin.

Ce rendez-vous parisien est aussi l’occasion d’annoncer les grandes lignes du programme 2019, étant entendu que ces Journées se dérouleront les 13 et 14 avril. Avec, pour thème, la femme et la féminité. Mireille Calmel, Mireille Dumas, Agnès Abécassis, Emilie Freche, Claire Barré, Mylène Demongeot, Cali, Laurent Gerra, Daniel Picouly, Fabien Lecoeuvre, Jacques Salomé, Gwenaële Robert, Jean-Jacques Annaud, Bernard Werber, Franz-Olivier Giesbert, Olivier Norek ont d’ores et déjà confirmé leur présence à Saumur.

Côté Vins, pour les dégustations publiques, quelques vigneronnes de différentes appellations françaises, sous la houlette de l’association « Chais Elles », seront là également.

Trois expositions illustreront le thème annuel :

  • Les portraits d’auteurs « Instants complices » du photographe saumurois Gérald Angibaud.
  • Les photos de « nus » de femmes par le photographe Kazim Dubovski.
  • Les affiches de films portant sur les femmes et plus particulièrement une collection d’affiches dont certaines exceptionnelles sur une des comédiennes emblématiques, Catherine Deneuve.

Enfin, préalablement au week-end de salon, le vendredi 12 avril, une grande soirée « Cinéma » sera organisée au Grand Palace de Saumur avec la projection d’un court-métrage sur George Sand et du film L’amant adapté du célèbre roman de Marguerite Duras, Prix Goncourt en 1984, en présence du réalisateur, Jean-Jacques Annaud.

 Lieu du salon : Théâtre Le Dôme, Place de la République, Chapelle Saint-Jean et Salle Beaurepaire (pour les tables rondes)

Dates : 13 et 14 avril 2019

Ouverture du Salon dès le samedi 13 avril après-midi, de 15 à 19 heures.

Dimanche 14 avril, salon ouvert de 10 h 30 à 18 heures.

Remise des prix littéraires le dimanche 14 avril à 11h, cour de la mairie.

Tarif entrée : 9 € par personne incluant un verre gravé et un programme

Tarif accès 2 jours : 13 € incluant 1 verre gravé et un programme

Billetterie Office du Tourisme de Saumur dès mars 2019 ou directement sur le site du Livre et du Vin. Renseignements sur : www.livreetvin.com

100 % Pineau d’Aunis, les cuvées ambassadrices 2019

Pour la deuxième année consécutive, les Vendômois ont sélectionné leurs cuvées de pineau d’Aunis préférées pour en faire les ambassadrices d’un territoire méritant toute sa place en Val de Loire.

Il y eut la Marque Jaune, immortalisée par Blake et Mortimer. Il y aura désormais la marque Vendôme notamment apposée sur les bouteilles contenant un vin issu à 100 % du cépage pineau d’Aunis. Tel était l’objet de la dégustation réunissant élus vendômois et vignerons de ces jolis coteaux à la Maison des Vins de Thoré-la-Rochette, récemment. Après la sélection de printemps consacrée aux vins gris, la vedette était donc donnée aux rouges proposés volontairement par les vignerons et vigneronnes.

« Il ne s’agit pas d’évaluer la conformité des vins à l’appellation ou de les classer comme dans un concours, mais de retenir ceux exprimant une originalité et un niveau d’expression minimum », a rappelé Christophe Prouteau, œnologue préalablement chargé de préparer les membres du jury. Autrement dit, leur apporter méthode et vocabulaire pour nommer les sensations éprouvées lors de la dégustation, tout en les familiarisant aux caractéristiques du pineau d’Aunis.

Les étiquettes de chacun des huit vins numérotés ce jour-là étaient soigneusement cachées. Soit un vin témoin – Jumert 2015 – pour étalonner son palais, puis sept propositions dont six ont été retenues pour porter l’écusson Vendôme à partir du printemps 2019. Il s’agit donc des Vieilles vignes 2017 et Intuition 2017 (Domaine Patrice Collin), Grillé d’Aunis 2017 (Cave coopérative du Vendômois), Vieilles vignes 2017 (Cave Jumert), Grandgousier 2016 et Picrochole 2017 (Domaine de Montrieux).

Guettez donc les collerettes « Vendôme, pineau d’Aunis » lors de vos prochaines visites de caves. Elles signaleront les cuvées « ambassadrices » retenues lors de cette sélection. Des vins souvent très originaux aux arômes de poivre typiques de ce cépage étonnant. Une initiative qui à le mérite de positionner ces vignerons dans le Val de Loire tout en offrant un coup de projecteur gourmand sur leur territoire. Cette démarche de marque initiée par la ville de Vendôme n’a pas vocation à se substituer à l’AOC Coteaux-du-Vendômois. D’ailleurs ce réseau dépasse largement les frontières du monde viticole.

Notre photo : la collerette « Vendôme » (Photo Patrick CHATEAU)