DSC_0070

Exceptionnelle année 2018, mais des interrogations demeurent

La Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux (FEVS) a dévoilé son rapport annuel. Une année 2018 qualifiée « d’exceptionnelle pour la filière vins & spiritueux française à l’export. » Et si le vin connaît une consommation moindre en France, la demande étrangère, malgré les aléas politiques, comme le Brexit, pour prendre un seul exemple, notre pays reste le troisième pays exportateur de vins et spiritueux au monde en valeur : 13,2 milliards d’euros en 2018 (contre 12,9 milliards en 2017), soit le deuxième secteur économique exportateur pour la France, après l’aéronautique, toujours selon la FEVS.

Mais toutes les questions sont cependant loin d’être réglées. La filière s’interroge sur plusieurs problématiques, en particulier celle concernant la concurrence des vins étrangers, très présente, comme celle des vins espagnols, italiens, californiens, asiatiques, etc.). Comment réagir face à elle ? Autre lot d’interrogations : « Comment arbitrer le choix entre doper l’export et maintenir la demande française ? Comment accompagner une montée en gamme ? Les appellations d’origine (AOC, AOP, IGP, etc.) sont-elles le gage de qualité qui séduit les consommateurs ?  Quelles sont les règles à retenir pour développer une marque à l’étranger ? Comment anticiper les tendances de marché et positionner les marques dans les pays à fort potentiel de développement ? Comment décrypter la demande des consommateurs chinois ? »

Autrement dit, il reste du grain à moudre…

Notre photo Le Vin Ligérien : Au rond-point de Oisly.