Salons : cinq rendez-vous pour découvrir la Loire au naturel

Les salons se bousculent avant les fêtes… De Nantes jusqu’à l’Auvergne, voici cinq événements alternatifs, organisés par des vignerons et ouverts au grand public qui font la part belle aux vignerons de Loire en bio, biodynamie ou naturels.

Anges Vins, salon des vins à Saint-Aubin-de-Luigné#1 Les Anges Vins à Saint-Aubin-de-Luigné

Samedi 26, dimanche 27 et lundi 28 novembre

Les Anges Vins sont une vingtaine de vignerons d’Anjou, qui ont en commun de produire des vins issus de l’agriculture biologique. Le salon des Anges Vins est né il y’a 11 ans, de la volonté d’une vingtaine de vignerons qui voulaient promouvoir une démarche d’agriculture respectueuse de l’environnement et de leurs clients.

 

 

 

Le blog des Anges Vins

Salle Jean de Pontoise

49190 Saint-Aubin-de-Luigné

Entrée : 5 euros (Le verre à dégustation est offert)

Les vins sont à vendre et à emporter sur place.

 

#2 Les Vins du Coin, à Thésée-la-Romaine

Salons de Loire : Les Vins du Coin, salon des vins à Thésée-la-Romaine

Rendez-vous dans le Loir-et-Cher, à Thésée-la-Romaine pour le salon des Vins du Coin, samedi 26 et dimanche 27 novembre.

22 domaines installés entre les vallées du Loir et du Cher : raisins produits selon les principes de l’agriculture biologique, vendanges manuelles, très peu de sulfites (40 à 50 mg maximum)…

 

 

 

 

 

Salle Vaulx-St-Georges, mairie de Thésée-la-Romaine

Accès aux dégustations : 5€.

Page Facebook 

Le site des Vins du Coin

Pour réserver un repas avec les vignerons le samedi soir : lesvinsducoin@gmail.com

 

#3 Le salon des Vins Vivants à Nantes

Salons de Loire : salon des vins Vivants 2016 à Nantes

Samedi 3 et dimanche 4 décembre

Les vignerons de Pinards et Jus d’Ancenis et le réseau professionnel Grains de Raison, proposent un tout nouveau salon des Vins Vivants à Nantes, au Solilab (sur l’île).

A l’affiche : les neuf vignerons de Pinards et Jus (coteaux d’Ancenis), onze vignerons de Loire et vingt vignerons de toute la France sélectionnés par Grains de Raison.

Soit 40 vignerons à découvrir !

 

 

Samedi 3 et dimanche 4 décembre 2016, de 10h à 18h.

Solilab, 8 rue Saint-Domingue, île de Nantes

Entrée 5€, verre de dégustation compris.

Les vins sont à vendre et à emporter sur place.

Plus d’une centaine de vignerons à découvrir dans ces salons alternatifs

#4 Les 10 Vins Cochons

Salons de Loire : Salon des vins les 10 Vins Cochons, Châteldon

Samedi 3 décembre

 

Le salon des Auvergnats : rendez-vous à Châteldon, pour découvrir « plus de 40 vignerons » bio et naturels.

 

 

 

 

 

L’entrée est de 6€

Page Facebook

 

#5 En Joue Connection

Salons de Loire : En Joue Connection, salon des vins à Saint-Lambert-du-Lattay

Samedi 17 et dimanche 18 décembre

Saint-Lambert-du-Lattay (Anjou) devient pendant deux jours le quartier général de la nouvelle génération de vignerons « Straight outta Anjou ». LE rendez-vous des découvertes, 6e édition déjà.

 

 

 

 

 

Samedi 17 et dimanche 18 décembre 10h-18h

Salle Marylise, Saint-Lambert-du-Lattay

http://www.enjoueconnection.fr

Entrée + verre 5€

Biotyfoule, le salon des vignerons bio tourangeaux

 

Le salon aura lieu les 19 et 20 novembre à l’Hôtel de Ville de Tours.

Les vignerons bio tourangeaux préparent la septième édition de Biotyfoule. Le salon des vignerons bio tourangeaux permettra à chacun de déguster leurs vins et de rencontrer des vignerons attachés à l’environnement et à la diversité des goûts. Ce salon organisé par le GABBTO a reçu environ 4000 visiteurs l’année dernière.

L’esprit de Biotyfoule, c’est d’offrir aux visiteurs des rencontres marquées par la simplicité et la cordialité des échanges. Toute la place est laissée au vin, au goût et aux discussions menées un verre à la main. Les visiteurs y rencontreront des pionniers de la viticulture bio locale, les nouveaux qui viennent s’installer ou de s’associer, et un grand choix de vins.

Le succès de ce salon est à l’image de la progression du vin biologique en Touraine. Désormais, plus d’une exploitation viticole sur cinq pratique la bio en Indre-et-Loire. La vigne biologique occupe 1 650 hectares (+ 31 % en cinq ans), soit plus de 16 % de la surface viticole départementale. C’est le double de la moyenne nationale. Côté consommateurs, l’engouement du public tourangeau vient confirmer la tendance nationale : un Français sur trois déclare consommer du vin bio, régulièrement ou occasionnellement (Ipsos pour SudVinBio, 2013). La consommation de vin bio a ainsi progressé de 66 % en cinq ans.

La culture biologique de la vigne se caractérise par le souci de préserver la fertilité des sols, la biodiversité, la qualité de l’air et de l’eau. Au-delà de l’interdiction des produits chimiques de synthèse, les viticulteurs biologiques mettent en œuvre des techniques spécifiques (travail du sol, désherbage mécanique, enherbement entre les rangs…). Pour protéger la vigne, ils appliquent des méthodes préventives et renforcent les défenses de la plante par l’utilisation de produits d’origine naturelle.  Pour pouvoir parler de « vin bio », il faut aussi respecter la réglementation bio qui s’applique à l’élaboration du vin à partir du raisin : tout le processus de vinification étant réglementé et contrôlé par des certificateurs indépendants.

Informations pratiques : Hôtel de ville de Tours, place Jean Jaurès. Samedi 19 novembre de 11 heures à 19 heures et dimanche 20 novembre de 10 heures à 18 heures. Entrée gratuite. Verre à quatre euros pour déguster les vins de son choix parmi la centaine de cuvées présentées. Ateliers de dégustation gratuits. Petite restauration bio possible sur place. Plus d’info sur www.biotyfoule.org

Deux nouvelles têtes à la présidence des appellations du Saumurois

AOC depuis 1936, le Saumur Blanc est produit sur 390 hectares. Issu du cépage chenin il représente environ 2.6 millions de bouteilles par an. Isabelle Suire (Domaine Isabelle Suire à Pouançay) vient d’être élue présidente de ce syndicat pour trois ans. Elle succède à Romain Guiberteau.

Egalement AOC depuis 1936, le Saumur rouge s’étend, lui, sur une superficie de 550 hectares et produit 3.9 millions de bouteilles chaque année, majoritairement issu du cabernet franc.

Le Saumur rouge vient lui aussi de changer de président. Fabrice Baron (Domaine des Garennes à Montreuil-Bellay) vient en effet d’être élu à la tête de son syndicat, pour trois années également – remplaçant Laurent Ménestreau (actuel Président de la Fédération Viticole Anjou Saumur), qui reste cependant membre du bureau du Syndicat Saumur rouge.

Rappelons que les cinq autres syndicats des AOC Saumur sont présidées par :

  • Patrick Vadé, Saumur Champigny (1 570 ha – 11 millions de bouteilles/an)
  • Hubert Deffois, Saumur brut (1 190 ha – 10 m° de bt/an)
  • Bruno Bersan, Coteaux de Saumur (15 ha – 40 000bt/an)
  • Philippe Elliau, Saumur Puy-Notre-Dame (60 ha- 290 000 bt/an)
  • Jérôme Baillargeau, Saumur rosé (80 ha – 570 000 bt/an)
  • Les sept syndicats du Saumurois sont regroupés au sein du Syndicat des Vins de Saumur, présidé par Philippe Porché (Domaine de Rocheville), qui, à la suite des élections, a été reconduit à cette fonction pour trois ans.

Le Cabernet de Saumur devient Saumur rosé pour la vendange 2016

A compter de la vendange 2016, le Cabernet de Saumur prendra le nom de Saumur rosé ! Fruité, sec et frais, il est issu à majorité du cépage cabernet. 570 000 bouteilles sont produites chaque année.

Les vins du Val de Loire progressent à l’export

Parmi les appellations ressortissantes de l’interprofession de l’ouest de la Loire, Interloire, les muscadets, Touraine blancs et Vouvray, notamment, ont connu une croissance notable sur les marchés à l’export.

Sur les douze derniers mois, les vins en Appellations d’Origines Protégées (1) du Val de Loire enregistrent une hausse des exportations de 8% en valeur et de 4% en volume (soit une progression de 18,4 millions d’euros et de 180 000 hectolitres par rapport à l’année précédente). Ces chiffres sont la conséquence d’un printemps très favorable : les mois de mars à juin 2016 ont permis d’accroître de 11% les valeurs et volumes par rapport à la même période en 2015.

On retiendra que les vins ligériens progressent dans toutes les couleurs, selon le communiqué de presse fourni par Interloire, l’interprofession de l’ouest de la Loire. Avec un fort accent sur les vins blancs qui représentent 55% de l’évolution en valeur et 81% de celle concernant les volumes. Les vins rouges et rosés, représentent, eux, un quart de cette évolution et les fines bulles, 20%.

Au niveau des appellations, parmi les plus fortes valorisations, les muscadets font un bon significatif (+3,9 M€), le crémant-de-loire enregistre une courbe à +2,7 M€, le Touraine blanc à +2,4 M€ et le Vouvray (2) à 2,1 M€.

Les plus fortes évolutions en volumes concernent, dans la logique des données de chiffres d’affaires indiquées ci-dessus, les muscadets (+14 700 hectolitres), le Touraine blanc (+4 500 hl) et le Vouvray (+3 400 hl).

Le comportement des vins de Loire sur les différents marchés

Les Etats-Unis constituent le premier marché export en valeur des vins du Val de Loire (+14%), avec une croissance de 10% en volume. Toutes les couleurs ont profité de cette croissance. Le Touraine blanc et le Vouvray, notamment, se sont mis particulièrement en évidence.

Le Royaume Uni est, en revanche, le premier marché export en volume des vins du Val de Loire (+18 000 hl en un an). Le prix moyen départ cave reste identique à celui de l’année précédente (4,60 € hors-taxe). Etant entendu qu’au cours du printemps (mars à juin 2016), les exportations ligériennes se sont accélérées de 36% en valeur et de 41% en volume. Il faut savoir qu’une bouteille de vin du Val de Loire sur trois exportée sur ce marché est un muscadet. Cette reconquête du marché britannique est attestée par ses évolutions spectaculaires (+63% en valeur et +73% en volume en regard de l’année passée).

A noter que l’Allemagne, elle, est le troisième marché export en volume et en valeur des vins de Loire, les exportations de crémant-de-loire vers ce pays s’étant bien remises dans la boucle ave une hausse au printemps de 17% en valeur et 11% en volume).

Notre photo : l’un des vignobles des muscadets, à Saint-Fiacre.

  1. Dénomination européenne des appellations d’origine contrôlée.
  2. A noter que Montlouis, pour les vins blancs, et Bourgueil, pour les rouges, ne font pas partie d’Interloire et ne figurent donc pas dans ces données.

Fabien Murail (Fiefs Vendeens) – Le Vin Ligérien n°18

C’est l’autre Vendée, celle tournée non pas vers l’océan, mais vers son terroir. Oh, bien sûr, l’air y est doux – on est quand même au sud (de la Loire), et les maisons portent des tuiles orange. Mais les grandes plages et les marais sont loin et l’atmosphère est plus champêtre que balnéaire.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Marc Pesnot (Muscadet) – Le Vin Ligérien n°18

On en connaît qui pensent que ses vins rendent « plus intelligents ». D’autres qui sont allés goûter, histoire de, mais « bon, tu sais, moi, le muscadet… » Et qui en sont revenus le sourire béat et les yeux brillants. »[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Christelle et Jean-Hubert Lebreton (Anjou) – Le Vin Ligérien n°18

Et les gelées, vous pensez qu’elles auront des conséquences sur la production de cette année ? », interroge une retraitée. « Les sols, vous les entretenez
comment ? », poursuit un président d’association. Un jeune homme, un peu plus loin : « Quelle est votre manière de respecter les terroirs ? » Scènes de la vie quotidienne, ou presque, sur le domaine des Rochelles. En cette matinée baignée de soleil, plusieurs dizaines d’amateurs éclairés sont venus visiter le domaine du Maine-et-Loire pour y parfaire leurs connaissances et rencontrer l’un des plus ardents défenseurs des vignes des environs de Brissac.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Edouard Pisany-Ferry (Saumur Champigny) – Le Vin Ligérien n°18

En cette matinée où le soleil semble devoir inscrire avec franchise une frontière tranchée avec les frimas printaniers qui ont maltraité le moral des professionnels du Val de Loire, il a grimpé, à pied, le petit chemin qui mène vers les hauteurs de ses caves. Depuis le lieu du rendez-vous fixé avec son oenologue pour évoquer
les cuvées futures, Edouard Pisani-Ferry peut contempler l’horizon, dégagé, qui offre à son regard un panorama unique sur Parnay. »[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Patrice Nau (Bourgueil) – Le Vin Ligérien n°18

L’anecdote rapporte qu’un jour un couple de cigognes est venu s’égarer là-haut, sur une parcelle. Ni une ni deux, il fallait trouver une identité à la dernière cuvée à venir : ce sera Les cigognes. Il faut bien, aussi, savoir communiquer avec des images, ce alors que Patrice Nau n’avoue guère d’aptitudes personnelles à une
excessive communication. Modestie sans doute, tant le sourire et le talent constituent, il est vrai, les passeports naturels d’une communication fluide, sans fard ni chichi.
« Lorsqu’il s’agit de parler de mes vins, je suis souvent embarrassé », sourit le vigneron d’Ingrandes-de-Touraine. « Alors je laisse d’autres autour de moi s’en charger, ils le font
mieux que moi. » Il faut pourtant bien s’y faire, le quinquagénaire (57 ans) est aujourd’hui en première ligne dans la gestion de son domaine, une bonne réputation du pays de
Bourgueil, avec une clientèle qui marque sa fidélité depuis de longues décennies, en raison d’un rapport qualité-prix exceptionnel. »[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon

Domaine Flamand-Deletang (Montlouis) – Le Vin Ligérien n°18

L’histoire de leur aventure démarre par l’un de ces coups de pied du destin, appelons un chat un chat. Un coup de froid, pour être très précis, celui qui a, au début de ce printemps, caressé de fourbe façon les contours des vignes du Val de Loire. Foi contre froid, Anthony et Coralie Tassin sont animés d’une commune motivation à l’heure de déplacer les montagnes, y compris celles des affres des conséquences de la météo capricieuse. Ce couple de jeunes Nantais d’origine démarre son activité avec un coup glacial sur la vigne et sur ses prévisions initiales qui pourraient le priver d’une partie de la production à venir. Et ce, pile-poil quelques semaines seulement après leur arrivée dans le vignoble de Montlouis-sur-Loire.»[…]

Vous souhaitez télécharger l’intégralité du contenu ?

Télécharger au format PDF le document complet pour une lecture plus confortable pour 2 €.
Une fois le paiement effectué vous recevez dans les quelques secondes votre document par mail.

paypal_icon