hd012

Tout savoir sur le Quarts de Chaume !

Parce que le Quarts de Chaume, autour du hameau de Chaume et en proximité de la commune de Rochefort-sur-Loire, est le seul Grand Cru du Val de Loire, répertorié en tant que tel par l’Institut National des Appellations d’Origine, nous avons décidé, au Vin Ligérien, de lui consacrer un hors-série de 96 pages qui vient de paraître et qui est bien entendu toujours disponible à l’achat (dans les magasins de presse ou, sur commande, auprès de jean-claude.bonnaud@levinligerien.fr ; prix : 9,50 €).

L’histoire du Quarts de Chaume est passionnante, ses terroirs sont magnifiques, son cépage, le chenin, reste incontournable. Ce numéro spécial, fait de rencontres et d’interviewes des vignerons de cette toute petite appellation, démontre que c’est l’alliance de l’homme, du terroir et du cépage qui fait un vin d’exception.

Ce hors-série du Vin Ligérien multiplie les points de vues de scientifiques, d’historiens, d’œnologues. La longue interview de la sommelière Michèle Vételé apporte beaucoup de vécu à propos, notamment, des accords mets et vins réussis avec le Quarts de Chaume.

Jean-Michel Monnier, l’œnologue angevin qui sait en outre donner le goût des terroirs ligériens à ses étudiants, a accepté, à l’occasion de la publication de ce hors-série, de nous livrer son point de vue sur ces Quarts de Chaume qui demeurent des vins d’exception. Nous lui laissons la parole :

« Cette toute petite appellation de notre vaste vallée ligérienne possède de nombreux atouts. Son cépage, à la notoriété croissante dans le monde et particulièrement aux USA, lui permet une plus grande lisibilité et une belle attractivité. Son terroir magique, très proche du Layon, lui permet presque chaque année de concentrer ses raisins par le fameux champignon botrytis cinerea. Son positionnement dans le cercle très fermé des grands crus français, conforte une image de  ‘grand vin’, au même titre que ceux de nos voisins bourguignons.

Mais, peu connu du grand public, ce cru aurait besoin d’une personnalité pour porter les couleurs de l’A.O.C., un grand leader d’opinion, un nouveau ‘vigneron bâtisseur’, pas forcément issu du monde viticole, mais très médiatique pour affirmer sa spécificité et sa qualité, un peu comme le fut Gaston Lenôtre, le célèbre pâtissier parisien dans les années 90 viscéralement attaché au terroir de Bonnezeaux.

Petite et morcelée, ce qui est un atout de rareté, dans une entente saine et sereine entre tous les vignerons, cette appellation doit trouver une plus grande reconnaissance internationale afin de devenir une locomotive pour l’ensemble des chenins moelleux de la Loire, comme Savennières est en train de le devenir pour les chenins secs.

A noter que Jean Michel Monnier est également expert près de la cour d’appel d’Angers et qu’il a rédigé de nombreux ouvrages sur les vins de Loire.