Articles

BD : la success story « Pur Jus »

Fleur Godart et Justine Saint-Lô signent à quatre mains la bande dessinée Pur Jus, promenade ultra-documentée dans le vignoble « nature ».

 

Avec déjà plus de 4000 exemplaires vendus, Pur Jus rencontre un joli succès, porté par un bouche-à-oreille flatteur.

Dans cet album aux couleurs douces, le lecteur suit les deux auteures dans leur périple, à la rencontre d’une trentaine de vignerons de France (et d’Espagne), dont quelques-uns de Loire. Dans leurs vignes, ils nous parlent de leur passion, de leurs inquiétudes, des joies et des peines de leur métier. Les propos sont techniques, voire pointus. Mais les dessins empreints de poésie de Justine Saint-Lô rendent le propos non seulement compréhensible mais même instructif ! Il y a en prime pas mal d’humour et de simplicité…

Rencontre avec Fleur Godart, qui signe les jolis textes de Pur Jus :

 

Comment est née cette bande dessinée ?

Fleur Godart. « Dans mon travail (grossiste en vins et volailles), je rencontre beaucoup de vignerons, et je me suis rendu compte que je colportais souvent les infos techniques d’un vigneron à l’autre. Avec Justine Saint-Lô, on est donc parties sur un petit carnet de techniques pour les viticulteurs… Rapidement, c’est devenu plus que ça. En gros, de juillet 2015 à juin 2016, on a passé tous nos week-ends dans les vignes. J’enregistrais les échanges, et Justine les illustrait ensuite. »

Pur Jus : « Une petite fenêtre sur ce qui se passe dans le vignoble »

Les propos des vignerons sont très techniques. Pur Jus s’adresse-t-il aux vignerons ou aussi aux béotiens ?

« Les deux. Ca peut s’adresser aussi aux professionnels du vin qui n’ont pas forcément l’opportunité d’aller dans les vignes tous les week-ends. Pur Jus, c’est une petite fenêtre sur ce qui se passe dans le vignoble.

Mais nous avons aussi eu des retours très enthousiastes de novices, qui étaient contents d’apprendre tout ça, avec des explications très concrètes.

C’est vrai que c’est très technique, du coup, ça va aussi intéresser des vignerons. Mais le dessin de Justine, qui apporte de l’humour et de la tendresse, rend les sujets pointus très accessibles. »

 

Les vignerons rencontrés travaillent tous en bio, voire dans l’esprit du vin dit « nature ». Pourquoi ce choix ?

« Nous avons choisi des gens dont nous aimions les vins au départ. Ensuite, on n’est pas dans le jugement moral… Mais on a fait le choix de parler de choses et de gens qui nous rendent heureuses. Ce qu’on a appris, c’est qu’il n’y a pas une vérité. La BD montre justement qu’il y en a plusieurs, ce qui va à l’encontre du côté dogmatique que peut avoir parfois le mouvement du vin naturel. C’est plutôt une invitation à l’essai, à l’expérience, le petit caillou dans la chaussure du conventionnel. Si en lisant ça, un conventionnel se dit « Ah tiens, la prochaine fois que je passe dans le coin, je m’arrête pour lui parler », déjà, c’est chouette ! L’idée c’est de dire aussi : « Si vous vous posez des questions, sachez qu’il existe tout un tas de vignerons qui ont des réponses là-dessus… »

 

Propos recueillis par J.R.

 

Agenda dédicaces

Les deux auteures de Pur Jus seront présentes pour vendre et dédicacer leurs albums :

Dimanche 1er avril, au salon du Vin à Alençon.

Samedi 15 et dimanche 16 avril, à Guipel (35), pour le salon Vinicircus

Samedi 13 et dimanche 14 mai, à Saumur, dans le cadre du Livre et Du Vin

 

« Pur Jus », Fleur Godart et Justine Saint-Lô, éd. Marabout, 22€

Page Facebook