Articles

Muscadet : Vallet lance sa démarche vers un cru communal

Et de dix ! Mercredi 8 novembre 2017, la « capitale » du Muscadet a lancé officiellement sa démarche pour une reconnaissance du cru communal Vallet. 25 vignerons portent cette belle dynamique.

Terroir de micaschistes, arômes de fruits exotiques, rondeur, fraicheur, minéralité… Le muscadet de Vallet n’est pas le même que celui de Clisson, ou de Gorges, en tout cas pour certaines parcelles très typées. Grâce à la reconnaissance des « crus communaux », les domaines viticoles concernés pourront afficher sur certaines de leurs cuvées l’origine de leur Muscadet Sèvre-et-Maine.
A Vallet, 25 vignerons participent aujourd’hui à l’aventure, pour environ 20 hectares de vignes (sur les 1500ha que compte la commune) réparties sur 40 parcelles.

Depuis 2011, année de création de l’association, ils ont déjà beaucoup travaillé. « La première étape a été l’étude pédologique », a rappelé Roger Boisdron. Le groupe entier s’est déplacé dans chacune des parcelles possiblement concernées, pour y observer le sol et le sous-sol. Cette réflexion indispensable a nourri les débats, et permis d’identifier ce qui fait la spécificité de Vallet : un terroir principalement composé de micaschistes.

Vallet : fruits exotiques et rondeur

Détail important : les parcelles se revendiquant du cru « Vallet » ne se situent pas nécessairement à Vallet. Certaines sont à la Regrippière, ou à Tillières. « Mais toutes se trouvent bien sur un terroir spécifiquement identifié », souligne Vincent Dugué, vigneron.
Six millésimes ont déjà été réalisés sur ces parcelles pré-identifiées. Les vins du futur « cru Vallet » présentent des notes de « fruits exotiques, de la rondeur, de la complexité, de la richesse », a également présenté Roger Boisdron.

Attention aux étiquettes

Il reste encore du travail, avant d’aboutir à un cahier des charges… et du temps, avant d’obtenir le feu vert de l’INAO. Car pour l’instant, le « cru Vallet » ne peut pas être revendiqué comme appellation, seulement comme « dénomination régionale » du Muscadet Sèvre-et-Maine. Et encore : à condition de prendre toutes les précautions sur les étiquettes, sous peine d’attirer les foudres des services de la répression des fraudes.

Muscadet, la carte des crus communauxClisson, Gorges et Le Pallet sont partis les premiers sur ce chemin de la reconnaissance, obtenue en 2011. Désormais, Vallet lance également son dossier, tout comme Goulaine, Monnières-Saint-Fiacre, Château-Thébaud, Mouzillon-Tillière, Champtoceaux et la Haiye-Fouassière. Avec l’espoir que ça aille un peu plus vite…

 

 

l’Epaulée nantaise : à Nantes, les chefs aiment les vignerons du Muscadet… et ils le prouvent !

Rendez-vous les 26, 27 et 28 octobre dans trente restaurants nantais, pour l’ Epaulée nantaise, trois soirées de solidarité pour les vignerons du Muscadet touchés par le gel. Festif et solidaire, le rendez-vous d’automne à ne pas manquer !

 

L’initiative de l’Epaulée nantaise est née au restaurant l’U.Ni, à Nantes, dans la tête de son chef Nicolas Guiet. Parmi ses amis vignerons du Muscadet, certains subissent en effet les aléas climatiques pour la 2e année : après le mildiou en 2016, le gel au printemps 2017, et encore 50% de la récolte disparue…

Certains domaines sont même bien plus touchés, parfois à plus de 90%. Pour certains, « l’avenir de leur domaine est en difficultés », explique le restaurateur.

Pas question pour ce cuisinier engagé auprès de ses producteurs de laisser tomber les vignerons avec qui il travaille. Lui vient l’idée d’une soirée spéciale, dont la moitié des bénéfices seraient reversés aux domaines.

Epaulée nantaise :
il n’y a plus qu’à réserver

D’autres chefs lui emboîtent le pas, et rapidement, l’ Epaulée nantaise affiche une belle liste de 30 restaurants participant !

Chaque restaurateur a choisi un vigneron – souvent un domaine avec lequel il a l’habitude de travailler, pour former des binômes. Le jour J, le vigneron présentera ses vins aux convives, en accord avec un menu spécial. La moitié des bénéfices est reversé au pot commun et sera ensuite « réparti équitablement ».

La liste des restaurants et des vignerons est prometteuse et cette opération solidaire s’annonce fort gouteuse…

Il n’y a donc plus qu’à réserver votre soirée !

 

Tous les renseignements sur leur page Facebook

 

Le programme et les duos restaurants / vigneron

 

Mercredi 25 octobre

*Le Restaurant le Pavillon invite Jean-Pierre Guédon – le Domaine des Hautes Noëlles / 02 40 94 99 99

Jeudi 26 octobre

* Le Restaurant L’Atlantide 1874 – Maison Guého invite Jérôme Bretaudeau / 02 40 73 23 23

* Le Baco Saveurs Nantes invite le Domaine Bruno Cormerais / 02 51 83 81 83

* L’Atelier d’Alain invite Romain Malidain du Vignoble Malidain Domaine du Demi-Boeuf / 02 57 54 62 68

*Le restaurant du Pont à Basse-Goulaine invite Hervé et Nicolas Choblet du Domaine du Haut Bourg / 02 40 03 58 62

*Le Bistrot l’Alchimiste invite la Famille Lieubeau / 02 40 20 46 20

*Le Manoir de La Boulaie invite Jo Landron du Domaines Landron/ 02 40 06 15 91

*L’Instinct Gourmand invite le Muscadet – Domaine de la Foliette/ 02 40 47 41 64

*Le SONG SAVEURS ET SENS invite Damien Rineau du Domaine La Tour Gallus/ 02 40 20 88 07

Vendredi 27 octobre

*Le Restaurant Lamaccotte invite Benoit Landron du Domaine Landron Chartier Vigneron/ 02 85 37 42 30

*Le Restaurant Clémence invite le Domaine Ménard-Gaborit/ 02 40 36 03 18

* Le Laurier fleuri invite Louise Chéreau du Domaines Chéreau-Carré/ 02.51.79.01.01

* Pickles invite Fred Lailler du Domaine Michel Bregeon/ 02 51 84 11 89

* La Raffinerie invite Eric Chevalier du Domaine de l’Aujardière/ 02 40 74 81 05

*Le Restaurant les caudalies invite le Domaine Pierre Luneau Papin/ 02 40 94 35 35

*Le Restaurant « A L ‘ardoise » invite Agnès et Jacques Carroget du Domaine de la Paonnerie/ 02 40 47 54 51

* Le Petit Boucot invite le Domaine de la Pépière/ 02 53 97 04 04

*Le Bé2M invite le Domaine des Cognettes Stéphane et Vincent PERRAUD/ 09 80 77 61 72

*Le Restaurant Le Clos du Cellier invite Patrick Lebas du Domaine du Grand Châtelier/ 02 40 25 38 45

* Le Café du Musée d’arts de Nantes invite Stéphane Orieux du Domaine de la Bregeonnette/ 02 51 12 93 09

* O Deck invite le Domaine Poiron Dabin/ 02 40 71 71 00

* A Boire et à manger invite Marc Pesnot/ 02 40 58 05 10

Samedi 28 octobre

* Analude – Restaurant & Epicerie fine invite Aurore Günther du Château du Coing/ 02 53 55 65 46

* Le Plan B Nantes invite Julien Braud/ 02 85 37 15 02

* LuluRouget invite Fred Niger du Domaine de l’Ecu/ 02 40 47 47 98

*Le restaurant La Poissonnerie Et Pas Que invite Jean Jacques Bonnet (Domaine Bonnet-Huteau)/ 02 40 47 79 50

* Le Restaurant L’U.ni invite le Domaine le Fay d’Homme Vincent Caillé/ 02 40 75 53 05

* Les Brassés invite Hugues Charpentier du Château les Aveneaux/ 02 28 29 31 01

*Le Restaurant Les Chants d’AVRIL Bistrot Gourmand Nantes invite Manuel Landron & Marion Pescheux du Domaine Complémen’Terre Vignerons/ 02 40 89 34 76

* La Cascade invite Christian Luneau de Vallet/ 02 40 54 02 41

 

Pots de vin: vins bios et céramique à Clisson

La 5e édition de Pots de Vin a lieu samedi 29 et dimanche 30 avril à Clisson. Au programme : une douzaine de vignerons bio et naturels, des céramistes, des concerts… Cette année, les femmes qui font du vin sont à l’honneur.

Pots de Vin est un marché de vins « vivants » et de céramique, organisé depuis 2012 par le collectif clissonnais Le Bouillon. Mais c’est également devenu un rendez-vous propice aux découvertes culturelles, avec des concerts, des artistes, etc.

Côté marché, une douzaine de vignerons de toute la France présenteront leurs vins bio et naturels le dimanche 30 avril, sous les halles de Clisson, de 11h à 21h. Six céramistes exposeront également leurs créations, entre œuvres d’art et artisanat. Les visiteurs trouveront également du cidre, des tisanes et plantes, de la bière artisanale, un ébéniste de barrique, un tourneur sur bois, des installations artistiques…

Pots de vin met les vigneronnes à l’honneur

Le programme prévoit aussi plusieurs animations, des dégustations à l’aveugle avec La Grappe, un tour de potier… La librairie le Vers Libre présentera une sélection d’ouvrages sur la viticulture et le féminisme.

Mais Pots de Vin démarre dès samedi, avec une soirée plus « culturelle » dans le bar associatif la Petite Maison Utopique, qui proposera pour l’occasion une carte des vins spéciale… Cette année, le thème choisi est celui des femmes qui font du vin. La soirée d’ouverture mettra à l’honneur la vigneronne suisse Marie-Thérèse Chappaz, star d’un documentaire de Fred Florey, qui sera diffusé samedi 29 avril à 19h à la Petite Maison Utopique. La soirée se poursuivra avec des concerts de Canto Hondo ! (voix) et Chouchou(e) (perf sonores).

 

Les vignerons présents au salon

  • Rémi Sédès (44)
  • Autour de l’Anne (37)
  • Les 3 Petiotes (33)
  • Domaine de Ventajou (34)
  • Romain Pion (34)
  • Complémen’Terre (44)
  • Clos des Cîmes (26)
  • Domaine des Montrieux (41)
  • Vignoble de l’Atrie (85)
  • Roux Ketura (81)
  • Clos les Mets d’Ames (64)
  • Invités surprise

 

 

Pratique

Pots de Vins, marché de vins bio et naturels, céramiques, à Clisson. Samedi 29 avril de 18h à minuit à la Petite Maison Utopique, entrée prix libre; dimanche 30 avril de 11h 21h au marché des Halles, tarif dégustation 5€.

Tout le programme sur la page Facebook 

Trois salons pour un printemps à Nantes (et sa région)

Nantes et le Nantais ont longtemps boudé les vignerons et leurs salons… C’est peut-être en passe de changer : rien que ce printemps, trois salons sont proposés, dont deux au grand public. A vos agendas.

 

VertiVinies : 20 vignerons à la Frémoire

Vertivinies 2017, Vertou, château de la Frémoire

A Vertou, le QG du Muscadet accueille samedi 11 et dimanche 12 mars le salon Vertivinies. Ce rendez-vous, déjà bien connu, est organisé par Vertivin, une association qui propose des cours de dégustation toute l’année. Aux manettes, les fins palais Romain Mayet et Jocelyn Gombault, un gage de qualité…

Qui découvrir ? Une sélection restreinte mais pointue de vingt vignerons venus de toute la France, avec un seul vigneron par région. L’objectif est clair : favoriser la découverte.

Le programme en prime propose des ateliers : initiation à la dégustation (samedi à 15h), conférence « vins et chocolat (samedi 17h), accords mets-vins avec le Muscadet (dimanche, 11h).

Le plus. Les organisateurs ont pensé aux enfants, une rareté dans ce genre de rendez-vous : dimanche, ateliers de cuisine récréative pour les enfants, de 6 à 12 ans, à 14h, 15h et 16h (places limitées).

Pratique. Samedi 11 mars de 14h à 20h, dimanche 12 mars de 10h à 18h.

Au Château de la Frémoire à Vertou (au Sud de Nantes). Tarifs : entrée + verre = 5€

Infos sur vertivinies.fr

 

Place au naturel : Clisson dans un Verre

Clisson dans un Verre

Rendez-vous à Clisson pour la 2e édition de ce salon organisé par une petite bande de passionnés. En 2016, la première édition avait fait le buzz dans le vignoble, et attiré 750 visiteurs, « plus que ce qu’on espérait », explique Benoît Binon, G.O du groupe des Epicurvins.

Dans un vignoble en mutation, ce salon veut donner une vitrine « aux vignerons du Muscadet et d’ailleurs qui travaillent » en bio, biodynamie ou « nature ». Tous les vignerons présents sont donc des « bio » certifiés.

 

Qui découvrir ? Les habitués des vins bio et nature retrouveront les grandes figures de la région. Les autres découvriront là une sélection de vins « différents » mais abordables, à goûter les yeux fermés… A noter : la présence « coup de pouce » à de jeunes vignerons d’Azay-le-Rideau, pour leur premier millésime.

Le plus. Pour éduquer le cerveau (et pas que le palais), ne pas rater les «à-côté » engagés : projection – débat du film In Vino Veritas, sur la biodynamie, au cinéma Le Connétable à Clisson (vendredi 17 mars, soir) ; dédicace de la BD Pur Jus par Fleur Godart, pendant le salon ; atelier dégustation des crus communaux du Muscadet le samedi après-midi, et vieux millésimes du Muscadet le dimanche après-midi.

Pratique. Samedi 18 mars de 15h à 20h, et dimanche 19 mars de 10h à 18h, salle du Cercle Olivier de Clisson, 11 Place des Douves. L’entrée au salon est libre, pour déguster : participation aux frais de 5€ comprenant un verre INAO gravé. Petite restauration le dimanche sur place à base de produits bio et frais.

Infos sur clissondansunverre.fr 

 

Rendez-vous professionnel : Vins à l’Ouest à Nantes

Le nouveau salon Vins à l’Ouest est réservé aux professionnels, cavistes restaurateurs, etc. de tout l’Ouest. Organisé par une vingtaine d’agents commerciaux rassemblés au sein de l’association Convergence, il se déroulera à Nantes dimanche 12 et lundi 13 mars, dans le nouvel espace Titan, à la pointe de l’île de Nantes (près du hangar à Bananes).

Qui découvrir ? Avec 109 vignerons d’à peu près tous els coins de France, ce salon offre une belle diversité. Notons la belle sélection de domaines de Loire, une nouvelle génération de vignerons talentueux et en plein essor.

Le plus. L’association d’agents commerciaux, plutôt habitués à se faire concurrence, est assez rare dans le milieu. Il s’agit là de « mutualiser les forces », et ce sont les vignerons qui en profitent.

Pratique. Dimanche 12 de 14h30 à 18h30 et lundi 13 mars de 10h à 18h30. Espace Titan, 21 quai des Antilles, île de Nantes.

Plus d’infos sur Facebook 

Muscadet, crus communaux : les limites du cru Goulaine en discussion

Dans le Muscadet, les aires géographiques de quatre nouveaux crus communaux – Goulaine, Mouzillon-Tillières, Château-Thébaud et Monnières-Saint-Fiacre- sont soumis à enquête publique jusque fin décembre, avant l’ultime validation de l’INAO. Mais ça coince à la frontière entre Vallet et Goulaine.

« On veut qu’ils (les porteurs du projet du cru Goulaine) changent leurs limites », explique Alain Olivier, président de l’association du cru Vallet. Les 25 membres de l’association ont découvert « une carte », la proposition des services de l’INAO pour le futur cru Goulaine, qui ne leur convient pas. Ils souhaitent donc porter une réclamation auprès de l’enquêteur public, avec s’ils ont le temps, une contre-proposition.

Carte des Crus communaux du Muscadet, maison du Muscadet.

Le problème est orginal : pour une fois, les réclamations ne viennent pas de vignerons exclus d’une zone et qui voudraient y entrer… mais bien de vignerons qui en sont, et qui voudraient ne pas y être. Pour tout dire, des vignerons de Vallet qui, selon la carte proposée, se retrouvent dans les limites du cru Goulaine, mais qui n’en veulent pas.

Des vignerons de Vallet dans le cru Goulaine

Le souci, c’est que pour contre-argumenter, l’équipe Vallet doit d’abord préciser les contours de « son » cru. Mais l’équipe Vallet a pris un train en marche, avec 5 ans de retard sur celui de Goulaine.

« Nous avons besoin d’un géologue pour nous guider », explique Alain Olivier. Le futur cru communal Vallet aura la particularité de posséder deux types de sous-sol, à la fois des schistes et des gabbros, ce qui a pu poser quelques problèmes d’identification par le passé. « Mais ça ne fait pas tout, il faut observer le climat, le bassin versant, etc., argumente Alain Olivier. C’est là-dessus que ça va se jouer », et probablement « au niveau parcellaire », pour peut-être réussir à convaincre la commission d’enquête.

Du côté de Goulaine, Jean-Jacques Bonnet, président de l’association qui porte la démarche, constate que les services de l’INAO « ont un peu agrandi la zone qu’on avait proposée au départ », ce qui explique la surprise des collègues de Vallet « qui se sentent peut-être plus proches de l’équipe de Vallet ».

Pour autant, le vigneron défend un projet « sur lequel on travaille depuis des années », et l’idée d’un terroir uniforme pour chaque cru… au-delà des frontières communales. « Dans le cru Goulaine, il y aura donc des vignerons de Vallet, du Loroux-Bottereau… » Et probablement, à terme, des vignerons qui auront la chance de pouvoir se prévaloir de deux crus communaux.

Une fois les réclamations formulées et déposées auprès de l’enquêteur public, ce sera à l’INAO de trancher et d’éventuellement proposer des ajustements. L’officialisation des 4 crus communaux avait été promise pour la fin 2016, ce sera plutôt le printemps 2017, voire plus tard si les réclamations de Vallet obtiennent gain de cause. Mais « tant pis, il vaut mieux perdre quelques mois maintenant et avoir quelque chose de solide ensuite », rassure Jean-Jacques Bonnet.

 

Pour en savoir plus

Soirée – conférence de l’Université sur lie, avec Romain Mayet, ingénieur, Fédération des Vins de Nantes / Jean-Baptiste Moulènes, ingénieur, INAO.

Où et quand ? Au château de la Frémoire, Vertou, jeudi 8 décembre à 20h.

Tarif : 9€. Réservation conseillée en raison du nombre limité de places

02 40 80 90 13 ou par mail pah@vignoble-nantais.fr

Concours des vins de Nantes : tous les médaillés

Plus de 70 vins de Nantes récompensés

Le concours des Vins de Nantes clôt la saison des médailles dans le Nantais. L’édition 2016 récompense plus de 70 vins, sélectionnés et classés parmi 332 échantillons goûtés à l’aveugle.

En 2016, le concours des Vins de Nantes a mis en compétition « 10% d’échantillons de cuvées » en plus, par rapport à l’édition précédente. Cet engouement pour le concours est perçu par les organisateurs comme un signal positif, dans le contexte local de diminution des surfaces cultivées, et de réorganisation des appellations du Nantais.

Le règlement stipule que 30% maximum des échantillons peuvent être récompensés par une médaille. Finalement, plus de 70 vins, sur les 332 échantillons, pourront arborer le macaron d’or, d’argent ou de bronze.

Les vins ont été goûtés à l’aveugle par un panel de 167 dégustateurs, des professionnels du vin (sommeliers, restaurateurs, œnologues, etc.) Les vins primés sont ceux ayant emporté le plus de suffrages.

« Les stars du vignoble ne sont pas forcément ceux qui ressortent le plus de ce genre de concours, et c’est ce qui est intéressant », note François Robin, de la fédération des Vins de Nantes. Les domaines, mais aussi les terroirs les moins connus peuvent ainsi gagner une belle visibilité.

Les premières médailles d’or
du concours des Vins de Nantes

  • Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie 2015
    Le château de la Malonnière, Le Loroux-Bottereau
  • Gros Plant du Pays Nantais 2015
    Domaine les Coins, Courcoué-sur-Logne, cuve 72.
  • Coteaux d’Ancenis 2015
    Gamay rosé
    Château du Roty, Saint-Herblon
  • Gamay rouge
    Domaine du Moulin-Giron, Liré
  • Malvoisie
    GAEC des Galloires, Drain
  • Muscadet Coteaux de la Loire sur lie 2015
    EARL Athimon et ses enfants, La Coulée d’Or, Le Cellier
  • Muscadet Côtes de Grandlieu sur lie 2015
    Domaine du Logis, Courcoue-sur-Logne
  • Muscadet Régionale AC 2015
    Domaine du Haut-Fresne, Drain
  • Muscadet 2014
    Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie « Le Quarteron », domaine Basse-Ville, La Chapelle-Heulin
  • Muscadet millésimé
    Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie 2010 « Les Barboires », domaine Basse-Ville, La Chapelle-Heulin

Esca, Muscadet, jolies bouteilles… Le sommaire du Vin Ligérien N°17

Le Vin Ligérien N°17 sera dans les kiosques dès le 18 février… Esca, Muscadet et jolies bouteilles au programme (entre autres) de ce nouveau numéro.

En avant-première, voici le sommaire.

Balade en Muscadet

Les muscadets continuent de travailler à leur évolution. La volonté de promotion d’une qualité à la hauteur de tous les grands vignobles français se forge à partir d’initiatives diverses et d’un travail de longue haleine.

Tour d’horizon de ce Pays nantais auquel il faut absolument s’intéresser.

Esca : où est l’espoir ?

ESCA / Vin Ligérien N°17, mars 2016 : ESCA, Muscadet

Pas une seule visite de vignes sans que l’on évoque ces maladies du bois qui interpellent la profession depuis plusieurs années maintenant. L’Esca notamment. Où en est-on sur le sujet ?

Constat et perspectives sur cette douloureuse question dans notre très large dossier sur lequel nous avons travaillé plusieurs semaines.

Jolies bouteilles : douze vignerons à découvrir

Portraits / Vin Ligérien N°17, mars 2016 : ESCA, Muscadet

 

Nos visites de caves vous conduisent ce trimestre dans les domaines suivants : Matthias et Emile Roblin (Bué), Jean-Baptiste et Géraud Charpentier (Reuilly), Vincent Siret (Lunery), Anne Josseau (Bourré), Eric Angier (Oisly), Jean-Baptiste Bonnigal et Stéphane Bodet (Limeray), Bernard Fouquet (Vouvray), Clothilde Pain (Panzoult), Laurent Herlin (Chouzé-sur-Loire), Eric Dubois (Saumur-Champigny), Christophe Daviau (Brissac-Quincé), la maison Ampelidae (Marigny-Brizay).

Envie de voir déjà leur tête ? Les photos sont à découvrir ici.

Quand la Loire était navigable…

La Loire à vélo fait un tabac, à juste titre. Mais avant le vélo, il y avait la marine fluviale, quand la Loire était navigable. Les seigneurs du fleuve se jouaient des grèves de sable, du vent ou se désespéraient de rester à quai quand la Loire n’en faisait qu’à sa tête, en crue ou à sec. Le commerce y battait son plein. La vie aussi. Embarquement immédiat pour les ports de la Loire.

Rencontre : Philippe Claudel

Entre littérature et cinéma, Philippe Claudel tisse une trame culturelle et artistique où se mêlent la patience et la rigueur des vignerons, dont il respecte l’amour de la terre. Amateur et consommateur de vins, ce Lorrain d’origine connaît les vins et les paysages. Il en parle à merveille.

Et aussi…

Nos agendas

Notre sélection de jolies bouteilles du trimestre.

La chronique de Kilien Stengel.

Notre porte-folio pour le plaisir des yeux.

En Touraine, on ne présente plus Rodolphe Le Meunier, Meilleur Ouvrier de France (M.O.F.), Fromager Affineur et Meilleur Fromager à l’International en 2007. Avec lui, nous vous proposons quelques accords vins et fromages.

Abonnez-vous au Vin Ligérien !

5 choses à savoir pour comprendre la nouvelle fédération des Vins de Nantes

La fédération des vins de Nantes a pris son envol mercredi 17 février, à Vertou. Mais qu’est-ce donc que cette nouvelle organisation ?

De qui s’agit-il ?

La fédération des vins de Nantes regroupe trois ODG (organisme de défense et de gestion) du pays nantais : Muscadet, Gros plant du pays nantais et Coteaux d’Ancenis. Soit un peu plus de 600 entreprises « revendiquant l’appellation », dont environ 450 professionnels.

Chacune de ces ODG a un président, présent lors de la présentation de mercredi. Joël Forgeau représente le Muscadet, Jean-Michel Morille le Gros Plant et Pierre-Yves Huguet les Coteaux d’Ancenis (mais ce dernier était absent à la réunion).

Il faut désormais y ajouter un « porte-parole », chargé de parler d’une seule voix pour les trois territoires. Cette fonction a été confiée à François Martin, vigneron.

La fédération des vins de Nantes comprend aussi six salariés.

Pourquoi la fédération des Vins de Nantes voit-elle le jour maintenant ?

En réalité, la fédération existait déjà. Mais dans le mille-feuilles des organisations viticoles, son action était jusque là passée plutôt inaperçue.

Ce qui l’a réactivée, c’est le bouleversement en cours à Interloire. Interloire est l’interprofession, qui regroupe toutes les ODG du val de Loire. En juin dernier, les vignerons ont décidé, en assemblée générale, de retirer à Interloire la compétence « communication spécifique ».

Depuis, chaque ODG a repris son autonomie (décisionnaire et budgétaire) pour gérer la communication de « sa » marque. (Et Interloire se réorganise laborieusement.)

Dans le Nantais, les trois ODG ont décidé de travailler ensemble pour promouvoir les différentes appellations du coin. Et c’est ainsi qu’a resurgi la fédération.

Quels sont les projets de cette fédération des vins de Nantes ?

Depuis juin, l’équipe n’a pas chômé. Ils ont mis en place deux « pôles » : ODG et communication

Le premier concerne les ODG et leurs « missions régaliennes » (délimitations, cahiers des charges, etc.) confiées par l’INAO.

L’un des plus gros chantiers à venir concerne la « hiérarchisation des appellations » du Muscadet. Autrement dit, la réécriture du cahier des charges du Muscadet entrée de gamme. « Les vignerons la réclament depuis longtemps, mais le projet est resté au milieu du gué par manque de travail collectif », a résumé Joël Forgeau.

L’autre pôle englobe le vrai nouveau défi de la fédération : la communication.

Le groupe a attiré « des jeunes vignerons » et a des idées – revitaliser le château de la Frémoire en centre de tourisme d’affaires, campagne nationale de communication, site web, etc

Mais dans un premier temps, il s’agit surtout de consolider les partenariats en place : Hellfest, bar à Muscadet du Zenith, VAN, office de tourisme du vignoble nantais, etc. La « cible » prioritaire est clairement l’agglomération nantaise.

La maison des vins de Nantes va-t-elle rouvrir ?

Non, ce n’est pas prévu de rouvrir la maison des vins de Nantes, installée sur la place du Commerce, et fermée depuis le 15 novembre.Les vignerons ont évoqué l’idée d’un autre lieu « vitrine » à Nantes, sur l’île. Mais pas avant plusieurs années.

« On n’a pas vraiment le budget », a expliqué François Martin.

La cotisation « communication » a été fixée à 1,45€ (par HL revendiqué), soit un budget total d’environ 550000 euros. Impossible de comparer précisément avec ce qui avait cours à Interloire. Mais c’est vraisemblablement (un peu) moins qu’avant, ont estimé les responsables.

Au final, pour les vignerons, qu’est-ce qui change ?

Difficile à dire, vu de l’extérieur. La communication, autrefois gérée par une commission d’Interloire et un chargé de communication (François Robin) est désormais géré par un « pôle » de la fédération et… le même chargé de communication.

La fédération a installé son siège au château de la Frémoire, à Vertou. Mais Interloire avait également des bureaux dans ce même château, désormais vacants.

Enfin, côté cotisations, si l’on additionne les charges pour les vignerons, l’économie réalisée avec cette nouvelle organisation est d’environ 5 centimes (par HL revendiqué).

Mais indéniablement, les vignerons du Nantais semblent avoir trouvé un regain de motivation collective avec ce nouveau projet. Les responsables ont été surpris de voir débarquer dans les différentes commissions des nouvelles têtes, y compris des « jeunes vignerons ». « On les pensait désintéressés, mais ils ont montré au contraire qu’ils avaient compris que les ODG étaient des marques collectives », a évoqué François Martin.

Beaucoup de « détails » restent à régler, côté organisation (une assemblée générale est prévue « au printemps ») , et les chantiers à mener sont cruciaux. « Que voulons-nous ? Un avenir choisi ou un avenir subi ? Une chose est sûre : il va falloir avancer vite, a résumé Joël Forgeau. Chaque jour, l’économie du vignoble nous rappelle qu’on ne peut pas attendre. »

Quelques chiffres

650 « revendiquants d’appellation », soit environ 450 vignerons professionnels.

550000 euros, le nouveau budget « communication » locale des trois ODG.

1,45€ par HL revendiqué, la cotisation « com ».

1,20€ (moyenne par HL produit), la cotisation pour le pôle « ODG ».

2,50€ (par HL commercialisé), la cotisation à Interloire nouvelle mouture.

5 centimes, l’économie réalisée sur les cotisations pour les vignerons.