Articles

Pots de vin: vins bios et céramique à Clisson

La 5e édition de Pots de Vin a lieu samedi 29 et dimanche 30 avril à Clisson. Au programme : une douzaine de vignerons bio et naturels, des céramistes, des concerts… Cette année, les femmes qui font du vin sont à l’honneur.

Pots de Vin est un marché de vins « vivants » et de céramique, organisé depuis 2012 par le collectif clissonnais Le Bouillon. Mais c’est également devenu un rendez-vous propice aux découvertes culturelles, avec des concerts, des artistes, etc.

Côté marché, une douzaine de vignerons de toute la France présenteront leurs vins bio et naturels le dimanche 30 avril, sous les halles de Clisson, de 11h à 21h. Six céramistes exposeront également leurs créations, entre œuvres d’art et artisanat. Les visiteurs trouveront également du cidre, des tisanes et plantes, de la bière artisanale, un ébéniste de barrique, un tourneur sur bois, des installations artistiques…

Pots de vin met les vigneronnes à l’honneur

Le programme prévoit aussi plusieurs animations, des dégustations à l’aveugle avec La Grappe, un tour de potier… La librairie le Vers Libre présentera une sélection d’ouvrages sur la viticulture et le féminisme.

Mais Pots de Vin démarre dès samedi, avec une soirée plus « culturelle » dans le bar associatif la Petite Maison Utopique, qui proposera pour l’occasion une carte des vins spéciale… Cette année, le thème choisi est celui des femmes qui font du vin. La soirée d’ouverture mettra à l’honneur la vigneronne suisse Marie-Thérèse Chappaz, star d’un documentaire de Fred Florey, qui sera diffusé samedi 29 avril à 19h à la Petite Maison Utopique. La soirée se poursuivra avec des concerts de Canto Hondo ! (voix) et Chouchou(e) (perf sonores).

 

Les vignerons présents au salon

  • Rémi Sédès (44)
  • Autour de l’Anne (37)
  • Les 3 Petiotes (33)
  • Domaine de Ventajou (34)
  • Romain Pion (34)
  • Complémen’Terre (44)
  • Clos des Cîmes (26)
  • Domaine des Montrieux (41)
  • Vignoble de l’Atrie (85)
  • Roux Ketura (81)
  • Clos les Mets d’Ames (64)
  • Invités surprise

 

 

Pratique

Pots de Vins, marché de vins bio et naturels, céramiques, à Clisson. Samedi 29 avril de 18h à minuit à la Petite Maison Utopique, entrée prix libre; dimanche 30 avril de 11h 21h au marché des Halles, tarif dégustation 5€.

Tout le programme sur la page Facebook 

Salon Vinicircus : l’affiche de la 14e édition

La 14e édition du salon Vinicircus – vin, arts de rue et musique au programme – se tiendra vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 avril à Guipel, dans la campagne rennaise. Plus de 3000 visiteurs sont attendus.

 

Le salon Vinicircus, c’est d’abord un rendez-vous pour les amoureux du vin : 72 vignerons de toute la France  présenteront et vendront leurs vins samedi et dimanche au grand public, dans la salle des fêtes de Guipel (35), près de Rennes en Bretagne.

Depuis le début Vinicircus privilégie les vignerons « nature », bio et qui produisent des vins sans intrant, ou presque. Ils étaient une poignée au démarrage, on en trouve dans toutes les régions aujourd’hui, et notamment en val de Loire. Les vignerons sont sélectionnés par un groupe de dégustateurs de l’association. Une place prioritaire est accordée aux jeunes domaines, avec un tarif préférentiel.

Ouvert au grand public, ce salon a patiemment conquis son public. Les professionnels de l’Ouest sont également nombreux à se déplacer pour découvrir les nouvelles cuvées et nouveaux vignerons.

Arno en concert le vendredi soir,
en ouverture du salon Vinicircus

Mais Vinicircus, c’est un vrai « festival », avec plusieurs « arts » à l’affiche. Depuis l’année dernière, les organisateurs lancent le week-end de festivités avec un concert le vendredi soir. Après Miossec en 2016, place ce vendredi 14 avril à Arno, qui présentera son nouvel album « Human Incognito ».

Le théâtre ou arts de rue seront représentés par Sébastien Barrier, (« Savoir enfin qui nous buvons »), artiste inclassable tombé en amour des vins naturels de Loire pendant un salon Vinicircus, justement. Didier Super présentera dimanche soir son spectacle au titre plein de promesses : « Ta vie sera plus moche que la mienne ».

Au programme encore samedi et dimanche, des « Vinicauseries », animées par des vignerons, la journaliste Isabelle Saporta, le documentariste Bruno Sauvard ‘ »Wine Calling »), etc. Plusieurs auteurs, dont le duo de Pur Jus, seront présents pour dédicacer leurs ouvrages.

Les soirées sont également l’occasion d’agapes bien arrosées, avec les « repas des vignerons », préparés par David Leray et Thomas Martin de La Cale Gourmande au Minihic-sur-Rance (35). La soirée du samedi soir est complète (600 repas), mais il reste des places pour celle du dimanche, un peu plus confidentielle (300 personnes quand même…)

En 2016, Vinicircus a attiré plus de 3000 personnes dans la campagne rennaise.

 

Pratique

Accès au salon 7€.

Concert d’Arno 25€ (pas de vente sur place).

Toute la programmation et billetterie sur vinicircus.com

BD : la success story « Pur Jus »

Fleur Godart et Justine Saint-Lô signent à quatre mains la bande dessinée Pur Jus, promenade ultra-documentée dans le vignoble « nature ».

 

Avec déjà plus de 4000 exemplaires vendus, Pur Jus rencontre un joli succès, porté par un bouche-à-oreille flatteur.

Dans cet album aux couleurs douces, le lecteur suit les deux auteures dans leur périple, à la rencontre d’une trentaine de vignerons de France (et d’Espagne), dont quelques-uns de Loire. Dans leurs vignes, ils nous parlent de leur passion, de leurs inquiétudes, des joies et des peines de leur métier. Les propos sont techniques, voire pointus. Mais les dessins empreints de poésie de Justine Saint-Lô rendent le propos non seulement compréhensible mais même instructif ! Il y a en prime pas mal d’humour et de simplicité…

Rencontre avec Fleur Godart, qui signe les jolis textes de Pur Jus :

 

Comment est née cette bande dessinée ?

Fleur Godart. « Dans mon travail (grossiste en vins et volailles), je rencontre beaucoup de vignerons, et je me suis rendu compte que je colportais souvent les infos techniques d’un vigneron à l’autre. Avec Justine Saint-Lô, on est donc parties sur un petit carnet de techniques pour les viticulteurs… Rapidement, c’est devenu plus que ça. En gros, de juillet 2015 à juin 2016, on a passé tous nos week-ends dans les vignes. J’enregistrais les échanges, et Justine les illustrait ensuite. »

Pur Jus : « Une petite fenêtre sur ce qui se passe dans le vignoble »

Les propos des vignerons sont très techniques. Pur Jus s’adresse-t-il aux vignerons ou aussi aux béotiens ?

« Les deux. Ca peut s’adresser aussi aux professionnels du vin qui n’ont pas forcément l’opportunité d’aller dans les vignes tous les week-ends. Pur Jus, c’est une petite fenêtre sur ce qui se passe dans le vignoble.

Mais nous avons aussi eu des retours très enthousiastes de novices, qui étaient contents d’apprendre tout ça, avec des explications très concrètes.

C’est vrai que c’est très technique, du coup, ça va aussi intéresser des vignerons. Mais le dessin de Justine, qui apporte de l’humour et de la tendresse, rend les sujets pointus très accessibles. »

 

Les vignerons rencontrés travaillent tous en bio, voire dans l’esprit du vin dit « nature ». Pourquoi ce choix ?

« Nous avons choisi des gens dont nous aimions les vins au départ. Ensuite, on n’est pas dans le jugement moral… Mais on a fait le choix de parler de choses et de gens qui nous rendent heureuses. Ce qu’on a appris, c’est qu’il n’y a pas une vérité. La BD montre justement qu’il y en a plusieurs, ce qui va à l’encontre du côté dogmatique que peut avoir parfois le mouvement du vin naturel. C’est plutôt une invitation à l’essai, à l’expérience, le petit caillou dans la chaussure du conventionnel. Si en lisant ça, un conventionnel se dit « Ah tiens, la prochaine fois que je passe dans le coin, je m’arrête pour lui parler », déjà, c’est chouette ! L’idée c’est de dire aussi : « Si vous vous posez des questions, sachez qu’il existe tout un tas de vignerons qui ont des réponses là-dessus… »

 

Propos recueillis par J.R.

 

Agenda dédicaces

Les deux auteures de Pur Jus seront présentes pour vendre et dédicacer leurs albums :

Dimanche 1er avril, au salon du Vin à Alençon.

Samedi 15 et dimanche 16 avril, à Guipel (35), pour le salon Vinicircus

Samedi 13 et dimanche 14 mai, à Saumur, dans le cadre du Livre et Du Vin

 

« Pur Jus », Fleur Godart et Justine Saint-Lô, éd. Marabout, 22€

Page Facebook

 

 

 

 

Salons : cinq rendez-vous pour découvrir la Loire au naturel

Les salons se bousculent avant les fêtes… De Nantes jusqu’à l’Auvergne, voici cinq événements alternatifs, organisés par des vignerons et ouverts au grand public qui font la part belle aux vignerons de Loire en bio, biodynamie ou naturels.

Anges Vins, salon des vins à Saint-Aubin-de-Luigné#1 Les Anges Vins à Saint-Aubin-de-Luigné

Samedi 26, dimanche 27 et lundi 28 novembre

Les Anges Vins sont une vingtaine de vignerons d’Anjou, qui ont en commun de produire des vins issus de l’agriculture biologique. Le salon des Anges Vins est né il y’a 11 ans, de la volonté d’une vingtaine de vignerons qui voulaient promouvoir une démarche d’agriculture respectueuse de l’environnement et de leurs clients.

 

 

 

Le blog des Anges Vins

Salle Jean de Pontoise

49190 Saint-Aubin-de-Luigné

Entrée : 5 euros (Le verre à dégustation est offert)

Les vins sont à vendre et à emporter sur place.

 

#2 Les Vins du Coin, à Thésée-la-Romaine

Salons de Loire : Les Vins du Coin, salon des vins à Thésée-la-Romaine

Rendez-vous dans le Loir-et-Cher, à Thésée-la-Romaine pour le salon des Vins du Coin, samedi 26 et dimanche 27 novembre.

22 domaines installés entre les vallées du Loir et du Cher : raisins produits selon les principes de l’agriculture biologique, vendanges manuelles, très peu de sulfites (40 à 50 mg maximum)…

 

 

 

 

 

Salle Vaulx-St-Georges, mairie de Thésée-la-Romaine

Accès aux dégustations : 5€.

Page Facebook 

Le site des Vins du Coin

Pour réserver un repas avec les vignerons le samedi soir : lesvinsducoin@gmail.com

 

#3 Le salon des Vins Vivants à Nantes

Salons de Loire : salon des vins Vivants 2016 à Nantes

Samedi 3 et dimanche 4 décembre

Les vignerons de Pinards et Jus d’Ancenis et le réseau professionnel Grains de Raison, proposent un tout nouveau salon des Vins Vivants à Nantes, au Solilab (sur l’île).

A l’affiche : les neuf vignerons de Pinards et Jus (coteaux d’Ancenis), onze vignerons de Loire et vingt vignerons de toute la France sélectionnés par Grains de Raison.

Soit 40 vignerons à découvrir !

 

 

Samedi 3 et dimanche 4 décembre 2016, de 10h à 18h.

Solilab, 8 rue Saint-Domingue, île de Nantes

Entrée 5€, verre de dégustation compris.

Les vins sont à vendre et à emporter sur place.

Plus d’une centaine de vignerons à découvrir dans ces salons alternatifs

#4 Les 10 Vins Cochons

Salons de Loire : Salon des vins les 10 Vins Cochons, Châteldon

Samedi 3 décembre

 

Le salon des Auvergnats : rendez-vous à Châteldon, pour découvrir « plus de 40 vignerons » bio et naturels.

 

 

 

 

 

L’entrée est de 6€

Page Facebook

 

#5 En Joue Connection

Salons de Loire : En Joue Connection, salon des vins à Saint-Lambert-du-Lattay

Samedi 17 et dimanche 18 décembre

Saint-Lambert-du-Lattay (Anjou) devient pendant deux jours le quartier général de la nouvelle génération de vignerons « Straight outta Anjou ». LE rendez-vous des découvertes, 6e édition déjà.

 

 

 

 

 

Samedi 17 et dimanche 18 décembre 10h-18h

Salle Marylise, Saint-Lambert-du-Lattay

http://www.enjoueconnection.fr

Entrée + verre 5€

Vins naturels : «Nous ne perdrons pas notre âme »

L’INAO évoque dans une dépêche AFP une reconnaissance des vins naturels, et aussitôt se lèvent les débats. Jacques Carroget, vigneron (Coteaux d’Ancenis) et membre actif de l’AVN –association des vins naturels- y voit pourtant un signe positif.

« S’ils reprennent le dossier, ça veut dire qu’ils ne sont pas forcément contre, résume Jacques Carroget.  Pendant longtemps, le simple fait d’évoquer des vins naturels hérissait le poil de tout le monde. Aujourd’hui, plus personne ne nie qu’il se passe quelque chose.»

Rappel : une petite délégation de l’AVN (association des vins naturels) a rencontré, en septembre dernier, les « autorités viticoles » (INAO, DGCCRF). Objet du rendez-vous : évoquer avec ces « officiels » le besoin d’une forme de reconnaissance des vins naturels.

Aujourd’hui, la mention « vin naturel » est en effet interdite.

Méfiance et hostilité vis à vis de l’INAO

association vins naturels, Jacques Carroget

Jacques Carroget, vigneron et membre actif de l’association des vins naturels AVN

Depuis, explique Jacques Carroget, rien n’a bougé… Sauf, la semaine dernière, la déclaration d’un responsable de l’INAO en faveur d’une « réglementation » des vins naturels. Ce positionnement a fait l’objet d’une dépêche AFP, reprise par plusieurs journaux spécialisés.

Aussitôt, sur les réseaux et dans la blogosophère, chacun y est allé de son commentaire, « pour » ou « contre » cette reconnaissance. Beaucoup étant « contre »… pour des raisons diverses, la première étant souvent une méfiance teintée d’hostilité vis-à-vis de l’INAO.

« Nous ne perdrons pas notre âme »

L’AVN « se réunit en assemblée générale le 16 mars », dans le Beaujolais, explique Jacques Carroget. « Nous déciderons ensemble collectivement de ce que nous ferons sur ce dossier. »

Jacques aimerait quant à lui que l’AVN reste dans la boucle. La « charte » rédigée par l’association –après dix ans de longues et difficiles discussions internes- servirait alors de référence pour définir les vins naturels.

Le texte fait consensus chez les vignerons… Il définit les vins naturels comme des vins réalisés sans aucun intrant (le soufre est toléré en quantités limitées) ni techniques « physiques brutales et traumatisantes ».

Mais dans la cadre d’un « label », de nombreux points restent à clarifier, comme l’obligation d’être labellisé bio.

« Nous sommes en contact avec des gens de confiance, qui sont engagés dans ce sens là. L’INA0 n’est pas un truc monolithique incapable d’avancer. Après, on peut discuter de plein de choses, mais nous ne perdrons pas notre âme. La charte de l’AVN, on la gardera, c’est notre limite. »

vins naturels, charte AVN

Charte engagement de l’AVN capture d’écran

Comment perçoit-il les réactions hostiles à cette démarche ? « C’est tout à fait normal que les gens s’expriment. Mais ça ne m’inquiète pas plus que ça… »

L’AVN rassemble aujourd’hui une cinquantaine de vignerons dits naturels. Jacques Carroget estime qu’environ 500 vignerons en France pourraient être concernés par un éventuel label « vin naturel ».